HISTOIRE DE L’ERE CHRETIENNE RACONTEE PAR UN GROUPE DE PROPHETES DE LA BIBLE

 

 

HISTOIRE DE L’ERE CHRETIENNE RACONTEE PAR UN GROUPE DE 
PROPHETES DE LA BIBLE

 

 

 

 

Préface

 

 

L’histoire qui vous est racontée dans ce livre est celle de l’aventure chrétienne depuis ses origines jusqu’à sa clôture.

Elle est l’œuvre collective d’un groupe de prophètes qui vivaient il y a 19 siècles et plus.

Cette histoire comprend plusieurs apocalypses, c'est-à-dire plusieurs révélations qui en sont les parties constitutives et s’assemblent pour former un tout homogène et cohérent.

Dissociez les différentes parties qui la composent : chacune d’elle prises séparément perdra tout ou partie de sa signification.

De même déchirez une lettre et dispersez les morceaux à tout vent. Celui qui retrouvera un fragment sera bien en peine de reconstituer le sens du contenu de la lettre.

Cette histoire que nous content les prophètes est rédigée dans une langue d’apparence hermétique qui procède par accumulations d’images, de symboles et d’allégories. Ce langage est le jargon professionnel qu’utilisaient jadis les prophètes. Quelque bizarre qu’il nous apparaisse, il offre à le comprendre, aucune difficulté insurmontable.

J’ai jugé commode, en rédigeant cet ouvrage, de transcrire verset par verset le récit des auteurs et d’accompagner au fur et à mesure le texte biblique, de traduction en français courant que chacun pourra comprendre.

Afin de parfaire la compréhension des différents chapitres de l’ouvrage, je me suis également appliqué à les situer dans leur contexte biblique et historique.

 

____________

 

 

Cette histoire qui va nous être contée, nous confronte dès le départ à l’étrange, à l’inexplicable.

 

1

En effet, il paraîtrait raisonnable de penser qu’en 19 siècles, les hommes ont eu le temps de décoder l’histoire que nous allons lire et d’en donner une version claire et intelligible dans une langue accessible à tous. Or, il est notoire qu’il n’en est rien. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les exégètes n’ont pas encore dépassé le stade des hypothèses invérifiées et contradictoires.

Il en résulte que, contre toute vraisemblance, l’ouvrage que je présente aujourd’hui est demeuré inédit.

Ainsi nous nous heurtons dès le départ à l’inexplicable : l’homme qui a su prouver son génie dans les domaines scientifiques, artistique et littéraire se comporte comme un aveugle devant la Révélation biblique. Le prodige est grand.

 

°°°°°°°°°°°°

 

Un autre caractère insolite de cette histoire réside dans le fait qu’elle était lorsqu’elle fut écrite, une œuvre de pure anticipation.

Certes depuis 19 siècles, les choses ont changé. La plupart des événements prédits sont aujourd’hui accomplis. Beaucoup d’entre eux sont bien connus. Voici QUE Surgissent sous nos yeux les prodromes des événements ultimes qui doivent clore notre ère.

Cependant il ne faudrait pas croire qu’un manuel d’histoire classique pourrait remplacer cette histoire prophétique dont les auteurs ont depuis longtemps disparu. Seule en effet cette histoire révélée que nous content les prophètes peut nous renseigner sur certains événements qui se sont déroulés dans une sphère inaccessible à l’homme mortel. Seule aussi, elle nous dévoile les desseins secrets de Dieu, nous fait connaître ce qu’il attend de nous et répond à des questions qui ne sont pas du ressort de la Science : « Qui est l’homme ? D’où vient-il ? Où va-t-il ? »

Enfin et ceci est important : le livre prophétique est porteur d’un message et d’un avertissement pour chaque grand moment de l’histoire des hommes. Malheur à celui qui ne comprend pas ! La méconnaissance de ces événements a été chaque fois génératrice de catastrophes auxquelles chaque fois un petit reste seulement put échapper.

C’est ainsi qu’à l’aube de l’ère chrétienne le peuple juif ne voulut pas comprendre l’avertissement pressant qui lui était adressé. Son manque d’intelligence provoqua en l’an 70 l’effondrement de la nation juive.

 

2

Les « enfants d’Israël » connurent alors des jours de détresse tels qu’ils n’en n’avaient jamais connu de pareils. Ils furent suppliciés, tombèrent sous le tranchant du glaive, et les survivants furent emmenés captifs parmi les nations.

Quant à leurs descendants ils n’échappèrent pas au destin qui leur avait été promis. Ce fut pendant 19 siècles une succession ininterrompue d’expulsions, de pillages, de sévices et de massacres qui finalement conduisirent à l’assassinat collectif de six millions d’innocents, hommes, femmes, et enfants dans les camps nazis.

Pendant 19 siècles ce peuple aveugle aura adoré un Dieu absent, sourd à ses suppliques. Aujourd’hui encore, il demeure incapable de comprendre les causes de la malédiction qui l’a poursuivi à travers les siècles.

L’aventure juive nous place devant l’inexplicable, car comment pourrions-nous expliquer une constance aussi parfaite devant l’incompréhension ?

 

°°°°°°°°°°

 

En ces derniers jours de l’ère chrétienne, nous observons chez les peuples de la Terre un phénomène d’incompréhension comparable à celui que nous avons constaté chez les juifs.

Comme frappés de confusion mentale, ils demeurent inertes devant les préparatifs d’un génocide qui pour s’accomplir a besoin de la complicité active ou passive des nations.

Comme les prophètes l’ont jadis annoncé, des maniaques de l’homicide méditent aujourd’hui d’exterminer les rescapés de massacres millénaires revenus peupler la terre de leurs ancêtres depuis longtemps déserte.

Aveuglés par leur haine insensée, ils refusent de voir qu’ils travaillent à leur perte et qu’ils entraînent les nations dans leur ruine afin que s’accomplisse ce qui fut écrit.

3

Cet ouvrage s’oppose à un certain nombre d’idées reçues. Il est donc de nature à soulever la contestation. En quelques lignes l’auteur répondait à quelques-unes des questions qui auraient pu lui être posées sur la version papier. Aujourd’hui adressez-les sur http://www.olympide.over-blog.com   

 

DANIEL

 

 

 

 

 

 
 Première partie
 
 
 
DECHEANCE ET REHABILITATION DE L’HOMME
 
 
 
5

 

Origine et déchéance de l’homme.

 

Lorsque l’homme apparut sur la Terre, la planète avait perdu jeunesse et nouveauté. Des espèces nombreuses se mouvaient sur la terre, dans les eaux et dans l’air du ciel. Certaines s’étaient éteintes ou avaient péri dans les cataclysmes qui bouleversaient le globe. D’autres leur avaient succédé.

Des hominiens étaient apparus. Ils annonçaient la venue de l’Homme. Car leur intelligence était plus vive que celle des autres espèces. Ils domestiquaient le feu, inventaient et fabriquaient des outils rudimentaires et travaillaient la pierre. Ces espèces disparurent à leur tour dans la nuit des âges.

Enfin lorsque les éléments se furent assagis, lorsque les soubresauts de la planète se furent calmés, Dieu fit l’homme, couronnement de son œuvre terrestre.

« Dieu fit l’être humain à son image, à sa ressemblance Il le créa. Il fit l’homme et la femme. » Genèse 1 :27

Ce tard venu, créé à la ressemblance de Dieu, ne souleva pas un enthousiasme unanime dans les sphères célestes. Son apparition provoqua suspicion et inquiétude.

Ce fut le moment que choisit Satan pour se rebeller contre l’autorité de Dieu. C’est sous le symbole du Serpent qui hypnotise que le premier livre de la Bible évoque cet être puissant et retors qui osera se dresser contre Dieu et contester son œuvre créatrice. On le voit séduisant l’homme afin de le perdre et ruiner les desseins que Dieu formait à son sujet (cf. Genèse chapitre 3).

On sait qu’en proposant à l’homme de devenir un Dieu, Satan lui fit oublier qu’il en était un (Psaume 82 :6, Luc 3:38). Comme il est fait selon notre foi, en se croyant séparé de Dieu, l’homme perdit sa primauté. Livré à ses propres ressources il était bien incapable de maîtriser les lois naturelles. Il se trouva donc entraîné dans le processus involutif qui gouverne la vie terrestre. Aussi connut-il l’usure, la souffrance et la corruption.

6

Créé pour vivre comme un Dieu, son sort devint celui de la bête, et l’Ecclésiaste put dire avec raison : « Le sort des fils des hommes est le même que celui des animaux. Comme meurent les uns, ainsi meurent les autres. Un même souffle les anime, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle. Tout est vanité. Tout est sorti de la poussière et tout retourne à la poussière. » Ecclésiaste 3 : 19-20.

En perdant l’homme, Satan prétendait démontrer que l’œuvre terrestre de Dieu était un échec. L’homme n’avait-il pas prouvé son incapacité à demeurer intègre ?

La manœuvre avait été habile et apparemment plaçait Dieu dans l’impossibilité de riposter. Car comment pouvait-il anéantir le diffamateur sans donner force et consistance à la diffamation ?

Selon toute vraisemblance Satan avait triomphé de Dieu, ruiné l’humanité et assuré son impunité.

Cependant contre toute attente, la prescience de Dieu avait par avance déjoué les manœuvres de l’Adversaire. Aussi dit-Il au Serpent : « Je mettrai inimitié entre toi et la Femme, entre ta postérité et sa postérité. Celle-ci t’écrasera la tête et toi, tu la blesseras au talon. » Genèse 3 :15

Par cet oracle surprenant, Dieu manifestait sa justice : puisque l’humanité était perdue par la faute d’un homme, c’est à un homme qu’il appartiendrait de la réhabiliter.

Un tel arrêt était incompréhensible. Donc il ne fut pas compris. Car comment imaginer que l’homme déchu, dépossédé de ses privilèges, séparé mentalement de son Créateur, pourrait un jour triompher d’un être assez puissant pour prétendre rivaliser avec Dieu ?

Aussi cette extraordinaire décision dont nous expliquerons la signification plus loin, demeura-t-elle pendant de nombreux siècles l’impénétrable mystère de Dieu (Romains 16 :25-26).

 

*   *
*
 
 7 
La postérité de la Femme.

 

 Souvent dans la Bible, les images, les allégories tiennent lieu de concepts. C’est ainsi que la Femme de la Genèse désigne par avance Israël, le peuple de la Bible.

En effet, de ce peuple sortit le Christ, premier né de la postérité promise. Il naquit d’une vierge juive de la tribu de Juda, descendante du roi David. Mis à mort dans la chair, il ressuscita par la puissance de Dieu. C’est lui qui écrasera la tête de Satan. La Femme symbolique de la Genèse eut d’autres descendants. Ce furent les apôtres et les premiers disciples, tous juifs.

Elle eut aussi une nombreuse postérité spirituelle. Ce sont ceux dit l’apôtre jean qui obéissent aux ordres de Dieu et possèdent le témoignage de Jésus (Apocalypse 12 :17). Cette postérité s’étendit au cours des siècles à des hommes et des femmes de tous les peuples, de toutes les nations, races et langues (Apocalypse 7 :9).

Dans l’Apocalypse de Jean nous voyons la Femme allégorique dans les douleurs de l’enfantement. Elle met un enfant mâle, le premier-né de la postérité (Apocalypse chapitre 12). Cette Femme est bien le peuple juif. Elle est identifiable par son blason qui porte les armes d’Israël : le soleil, la lune et douze étoiles (Genèse 37 :9-10).

Un jour vint donc où un homme se leva en Israël, annonçant que le Royaume de Dieu dont avaient parlé les prophètes était proche.

Cet homme enseigne avec autorité une morale élevée et accomplit des miracles. Certes cela n’est pas nouveau. D’autres avant lui ont enseigné la justice et ont pu maîtriser les lois de la nature. Mais lui seul s’attribue le titre de « Fils de l’Homme », se présentant ainsi comme la postérité de la Femme, celui qui doit écraser la tête du Serpent.

Il se proclame d’origine divine, Fils unique de Dieu, et ose s’identifier à YHWH, le Dieu qui est vie et source de vie.

Poussé par l’Esprit, l’apôtre Paul dira plus tard : « Lui qui était de condition divine, ne s’est pas prévalu de son rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est dépouillé lui-même en prenant la condition d’esclave, en prenant la nature de l’homme ». Philippiens 2 :6-7.

 

8

Fils de DIEU venu dans la chair, Jésus n’est maintenant rien de plus qu’un homme. Car la justice divine exigeait que l’humanité déchue par la faute du premier Adam, fût rachetée par l’intégrité d’un second Adam.

A cette seule condition elle serait réhabilitée à la face des habitants de l’Univers et réconciliée avec DIEU.

Homme juste et sans tache, rempli de l’Esprit de DIEU comme l’était Adam avant sa déchéance, Jésus sortit plus que victorieux de l’épreuve exigée pour le rachat : il garda la foi en son « égalité » (1) avec DIEU (Jean 5:18 et 10:30) jusque dans la mort – et quelle mort ! – la mort infamante sur une croix. En réhabilitant la créature humaine, cette victoire démontra aux habitants de l’Univers la félonie de l’Accusateur et la justice de DIEU.

Dès lors la cause était entendue : Satan était condamné sans recours (cf. Luc 10 :18). Une longue période de préparation et d’attente était révolue, et le monde allait entrer sans plus attendre dans l’ère des accomplissements, la dernière de son histoire.

En effet, les conséquences de la victoire du Fils de l’Homme furent immédiates. L’une des plus sensationnelles fut en l’an 74 de notre ère la résurrection du dernier jour, résurrection ainsi appelée parce qu’elle met définitivement fin à l’ère judaïque.

Le prophète Daniel qui vivait au 6ème siècle avant J-C eut une révélation partielle de cet événement prodigieux dont nous allons parler maintenant.

 

 

(1)    Il a fallu que Jésus, un homme comme nous (Philippiens 2 :7, Hébreux 2:17), manifeste par sa vie toutes les possibilités remarquables que nous pouvons vivre… si nous abandonnions notre fausse croyance (élagage) et acceptions de vivre… selon la Vérité, la seule vérité qui rend libre :

De même que le sarment connecté au cep reçoit de lui la vie qui lui fait porter des grappes de raisin, accepter d’être élagué et de recevoir tout ce qui nous est nécessaire par la puissance de Dieu (selon Actes 1 :8) et non plus par nos efforts, nous rend indulgent envers tous » !

Cette puissance divine, la Science l’appelle l’Energie quantique. Elle est à votre disposition sans que vous fassiez partie d’un Eglise, d’une synagogue, d’une mosquée ou d’une secte. Jean 4:21 « Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni au Temple de Jérusalem  que vous adorerez le Père ». Jean 4:23 « L'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit (en puissance) et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. » Voyez manoufox.over-blog.com

 

9
 
La résurrection du dernier jour
 
 
Livre de Daniel, chapitre 12.

 

 

1. En ce temps-là se lèvera Michel, le Prince puissant et le défenseur de ton peuple.

En ce temps-là au premier siècle de l’ère chrétienne, comme on va le voir.

Michel puissante créature céleste qui sera présentée dans l’Apocalypse de Jean comme le chef des forces loyalistes. Au premier siècle de notre ère il engagea le combat contre les forces rebelles qu’il refoula jusqu’aux abords de la Terre (Apocalypse 12 :7-9).

Ce sera une époque de détresse si grande qu’il n’y en a pas eue de semblable depuis que les nations existent jusqu’à ce temps-là.

Epoque de détresse. Allusion à la ruine de Jérusalem et à l’écrasement du peuple juif par les légions romaines en l’an 70 après J-C.

Lorsqu’il reprendra cette prophétie, Jésus s’exprimera dans des termes analogues : « La détresse sera si grande qu’il n’y en a pas eue de semblable depuis que le monde existe jusqu’à nos jours » Matthieu 24:21.

En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le Livre seront délivrés.

En ce temps-là : dans les années 70.

Ceux de ton peuple : les juifs de cette génération-là, ceux qui vivront en ce temps-là.

Inscrits dans le Livre. Le nom de ceux qui accumulent les iniquités est effacé du Livre de vie (cf. Psaume 69 :28-29. On peut consulter également Exode 32 :33, Philippiens 4 :3, Apocalypse. 3 :5, 20:12 et 21 :27). Ceux-là n’accéderont jamais à la vie éternelle, divine.

Délivrés. Ceux qui reconnaîtront Jésus comme modèle de ce que nous sommes et vivront comme lui et seront délivrés de la servitude de la mort C’est la rédemption des vivants. (« Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?  Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. » 

10

Cela veut dire que la mort corporelle ne sera plus pour eux qu’une simple mutation, le passage immédiat de la vie terrestre à la vie éternelle. Ils n’auront pas à attendre la résurrection dans la tombe.

Cette révélation s’inscrit dans l’enseignement général des écrits du Nouveau Testament. Nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

2. Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et l’opprobre éternelle.

Beaucoup. Il est écrit « beaucoup » et non pas « tous ». Ceux qui au cours de leur vie terrestre accumulèrent les iniquités ne trouveront pas miséricorde et resteront éternellement dans la mort (cf. Psaume 69:28-29 « Ajoute des iniquités à leurs iniquités, Et qu'ils n'aient point part à ta miséricorde ! 28 (69:29) Qu'ils soient effacés du livre de vie, Et qu'ils ne soient point inscrits avec les justes !)

Se réveilleront. Résurrection des morts des temps passés. Ne pas confondre avec la rédemption des vivants révélée au verset 1.

Opprobre, honte éternelle. Seul le sang du Christ peut effacer les transgressions. Par conséquent les iniquités que purent commettre les hommes qui moururent avant la venue de Jésus ont pu être pardonnées mais non effacées ? L’opprobre et la honte resteront éternellement attachés à la transgression. Après la venue du Rédempteur, l’homme se présentera devant Dieu lavé de tout péché, du moment que touché par la grâce, il croira (Apocalypse 22 :14. Voir aussi « élection en Christ » page 121 du présent ouvrage).

3. Ceux qui auront été intelligents resplendiront avec la splendeur du firmament, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à jamais et pour l’éternité.

Deux qui auront été intelligents… A l’époque apostolique (première génération chrétienne), une poignée d’hommes et de femmes reçurent de Dieu l’intelligence du mystère de la rédemption. Poussés par l’Esprit, ils partirent sur les routes de l’empire romain afin d’annoncer la Bonne Nouvelle à la multitude et lui enseigner la voie qui mène à la justification. Ces missionnaires de la première heure furent les apôtres et les disciples. Après Christ, leur chef, ils furent les premier-nés de la postérité de la Femme (cf. 1 Thessaloniciens 4 :16)

 

11

4. Quant à toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs comprendront et la connaissance augmentera.

Tiens secrètes ces paroles. Le livre de la prophétie ne peut être lu et compris qu’à condition de disposer à la fois des révélations de l’Ancien et du Nouveau Testament. Si la signification de la prophétie de Daniel est aujourd’hui pleinement accessible c’est parce que la rédaction de la Bible est achevée.

Temps de la fin. C’est par cette expression ou par des expressions équivalentes que les apôtres et les disciples avaient l’habitude de désigner leur propre époque qui vit la fin de l’ère judaïque. (Entre autres consulter Actes 2 :15-17 et Hébreux 1 :1-2).

Plusieurs comprendront : les apôtres et les premiers disciples.

5. Moi, Daniel, je regardais et voici : deux hommes se tenaient de part et d’autre du fleuve.

Deux hommes. Ces deux hommes sont des anges, c'est-à-dire des créatures extra-terrestres.

De part et d’autre du fleuve. Le Tigre, fleuve d’Asie qui se réunit à l’Euphrate.

6. L’un d’eux demanda à l’homme vêtu de lin qui se tenait en amont : quand viendra le terme où s’accompliront ces prodiges ?

L’homme vêtu de lin. Cet homme est décrit dans Daniel 10 : 6. Jean l’identifiera au Christ glorieux (cf. Apo. 1 :13-15). L’homme vêtu du lin fin de justice est donc Jésus avant sa venue dans la chair.

Ces prodiges. Il est question dans ce chapitre de deux événements prodigieux qui arrivèrent au cours des temps de détresse que connut la nation juive dans les années 70. Rappelons-les :

Verset 1 : la rédemption des vivants.

L’immortalité est acquise par la résurrection qui suit immédiatement la mort corporelle de l’élu du Christ (Jean 11 :26).

Verset 2 : la résurrection d’entre les morts pour les justes des temps passés et pour ceux à qui leur faute fut remise par le sang de Jésus.

12

7. J’entendis l’homme vêtu de lin qui se tenait en amont du fleuve. Il leva vers les cieux la main droite et la main gauche et jura par Celui qui vit éternellement que ce serait dans un temps, des temps et la moitié d’un temps, et que ces prodiges s’accompliraient quand la force du peuple saint serait entièrement brisée.

Un temps, des temps et la moitié d’un temps. Cette expression et les expressions équivalentes : trois temps et demi, 42 mois, 1260 jours, furent utilisées après Daniel pour désigner une époque de détresse de durée limitée. On remarquera que trois et demi est la moitié du chiffre 7 qui, pour les juifs était le symbole de la plénitude et la perfection.

Entièrement brisée. Il fallut cinq mois aux légions romaines pour réduire Jérusalem et détruire toute résistance efficace. Après quoi la Judée succomba.

8. J’écoutais sans comprendre et demandai : Monseigneur, comment cela finira-t-il ?

9. Il répondit : Va Daniel, car ces paroles resteront closes et scellées jusqu’au temps de la fin.

Closes et scellées. La révélation du mystère de Dieu n’aura lieu qu’au temps de la fin.

Temps de la fin. Derniers jours de l’ère judaïque comme nos l’avons dit plus haut. Le signe visible de la fin de l’ère judaïque fut la chute de Jérusalem et la destruction du Temple en l’an 70.

10. Beaucoup seront lavés, blanchis, purifiés. Les impies feront le mal et aucun d’eux ne comprendra. Seuls comprendront ceux qui possèdent l’intelligence.

Beaucoup seront lavés, blanchis… Par décision éternelle de Dieu, ceux qui croiront au Christ seront amenés au salut :

- 1 - Leurs transgressions sont effacées. « Le sang de Jésus nous lave de tout péché » dit l’apôtre Jean » (I Jean 1:7) « car c’est le Christ qui a supporté le poids de nos fautes » ajoute l’apôtre Pierre (I Pierre 2 :24).

- 2 – Sous l’action de l’Esprit, le pécheur repenti est conduit peu à peu dans la voie de la justice et il est rendu irrépréhensible devant Dieu (Ephésiens 1 :4)

13

- 3 – Il en résulte que les élus en Christ ne passent pas en jugement (Jean 5 :24)

Tel est le processus de l’élection en Christ.

Il nous est maintenant facile de comprendre pourquoi les iniquités commises avant la venue de Jésus purent être pardonnées mais non effacées (verset 2 – rappel).

11. A partir du moment où prendra fin le sacrifice perpétuel et où le dévastateur commettra l’abomination, il s’écoulera 1290 jours.

L’abomination du dévastateur. Jésus révéla à ses disciples que l’abomination du dévastateur dont parle ici Daniel serait la profanation et la destruction du Temple (Matthieu 24 :15).

Fin du sacrifice perpétuel. La destruction du Temple le 9 ab 70 (juillet 70) mit fin au culte sacrificiel imposé par la Torah (Loi de Moïse). En effet le sanctuaire était le seul lieu au monde où le culte pouvait être célébré selon la Loi. Sa perte fut ressentie comme le comble de l’adversité et le peuple juif eut pleinement conscience d’entrer dans une période de disgrâce. Les rabbis (docteurs de la Loi) furent à ce point affectés par la perte du Temple qu’ils établirent l’usage de dater les événements à partir du 9 ab 70.

Il s’écoulera 1290 jours entre la date du 9 ab prise pour origine des temps, et le terme fixé par Dieu pour la première résurrection du dernier jour. Un calcul approximatif fixe ce terme à l’année 74 de l'ère chrétienne.

12. Heureux celui qui attendra et parviendra au 1335 ème jour.

1335 ème jour. Nous verrons plus loin que l’apôtre Paul révèle dans la première épître aux Thessaloniciens, que les vivants ne précéderaient pas les morts. Nous devons donc comprendre que la rédemption des vivants (immortalité par la résurrection) ne sera acquise que 45 jours (différence entre 1335 et 1290) après le terme fixé par Dieu pour la première résurrection d’entre les morts. Heureux donc celui qui parviendra en vie au 1335 ème jour, car lorsqu’il aura achevé sa course terrestre, il abandonnera sa dépouille mortelle pour revêtir aussitôt le corps glorieux et incorruptible de la résurrection.

14

Cette conclusion est confirmée par l’ensemble des textes que nous aurons à étudier.

Remarque. La résurrection qui clôtura l’ère judaïque fut la première résurrection d’entre les morts. Nous verrons en effet qu’une seconde résurrection d’entre les morts doit clôturer l’ère messianique, c'est-à-dire l’ère chrétienne.

13. Quant à toi Daniel, marche vers ta fin. Tu te reposeras et tu seras debout pour ton héritage à la fin des jours.

Pour ton héritage. L’héritage du juste est la vie éternelle dans le Royaume de Dieu.

La fin des jours. Désigne comme nous le savons, la fin de l’ère judaïque.

*   *
*

15

Le dessein secret de Dieu.

Révélations de l’apôtre Paul

 

On a sans doute remarqué que la prophétie de Daniel ne concernait que le peuple juif :

« En ce temps là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre de vie, seront délivrés… (verset 9)

On pourrait donc croire que le salut est réservé aux justes appartenant à un tout petit peuple prédestiné. Apparemment l’immense majorité des hommes serait sacrifiée, et Satan pourrait apparaître comme le véritable vainqueur dans le duel qui l’oppose à Dieu.

Nous savons déjà qu’en fait il n’en est rien puisque le victoire d’un « Fils d’homme » devait tout remettre en question. Mais il se trouve que l’universalité du salut en Christ devait demeurer le mystère de Dieu et n’être révélé qu’au temps des accomplissements.

La connaissance de ce mystère ne fut pas donnée aux prophètes de l’Ancien Testament mais seulement aux saints apôtres et prophètes du Christ. Ce mystère c’est que les gens des nations sont aussi héritiers du Royaume comme les Juifs. Ils sont membres du même Corps, bénéficiaires en Jésus Christ de la même promesse, selon la bonne nouvelle du salut.

Voilà ce que nous révèle l’apôtre Paul dans l’épître aux Ephésiens (chapitre 3, versets 5 à 6).

L’immortalité par la résurrection.
Révélations de l’apôtre Paul

 

Dans les temps anciens, avant la venue de Jésus, l’espérance d’une autre vie était incertaine, lointaine. C’est pourquoi l’Ecclésiaste put dire en ce temps-là : « Le sort des hommes est le même que celui des animaux. Comme meurent les uns, ainsi meurent les autres. Un même souffle les anime, et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle. Tout est vanité. Tout retourne à la terre. Tout est poussière et tout retourne à la poussière. » (Ecclésiaste 3 :19-20. Rappel)

16

 

Par ces paroles, l’Ecclésiaste confirme ce que nous savons déjà même si nous refusons de l’admettre : l’homme est périssable par nature. Son corps fut façonné avec le limon de la terre, ce qui n’est qu’une façon de dire qu’il est formé des éléments chimiques que l’on trouve sur la terre : carbone, hydrogène, oxygène, azote, calcium, phosphore et autres.

Que ce support s’use, se détériore ou soit détruit, et la vie s’en va. Sortie du néant, elle retourne au néant. Pour cette raison l’Ecclésiaste ajoute : « Tout ce que tu désires accomplir, fais-le pendant qu’il est encore temps. Car il n’y a ni œuvre ni pensée ni science ni sagesse dans la tombe où tu vas. » (Ecclésiaste 9 :10)

Les justes de l’ancienne Alliance durent donc attendre dans l’inconscience de la mort la venue d’un Rédempteur. Pour eux la mort resterait jusqu’à une époque indéterminée l’anéantissement de l’être, ainsi que l’homme vêtu de lin le dit au prophète :

« Et toi Daniel marche vers ta fin. Tu te reposeras et tu seras debout pour ton héritage (le Royaume de Dieu) à la fin de tes jours. » (verset 13 – Rappel)

Or, le jour vint où un homme (le fils d’un homme disaient les juifs) Jésus de Nazareth, réussit à lever la malédiction originelle. Sa victoire consacra le succès du plan éternel de Dieu et permit à l’humanité d’accéder à ses fins dernières (cf. Romains 8 :19 et I Corinthiens 15 :22). Désormais la voie du salut était ouverte à tous les hommes de bonne volonté.

Dès lors, l’apôtre Paul (et bien d’autres avec lui) proclame vigoureusement l’immortalité par la résurrection (cf. I Corinthiens chapitre 15).

Dans une épître qu’il adresse vers l’an 50 aux Thessaloniciens, l’apôtre inspiré engage les destinataires de sa lettre à ne pas s’affliger outre mesure de la mort de leurs proches. Car vos morts leur dit-il, se réveilleront avant ceux d’entre nous qui seront encore vivants lors du retour prochain du Seigneur. « Car le Seigneur lui-même, au signal donné par la voix de l’archange et par la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ se lèveront premièrement. » (I Thessaloniciens 4 :16).

17

Après cette première résurrection d’entre les morts, au cours des siècles, les disciples du Christ accéderont à l’immortalité par la résurrection au fur et à mesure qu’ils termineront leur course terrestre (rédemption des vivants dont nous avons déjà parlé).

Cela veut dire qu’ils ne connaîtront désormais que la mort corporelle et non plus la mort de l’être. Car ce qu’on appelle la mort se réduira à une simple mutation, le passage quasi instantané d’une forme de vie à une autre. Arrivés au terme de leur vie terrestre, les élus en Christ abandonneront leur dépouille mortelle et revêtiront en un instant, en un clin d’œil, le corps glorieux et incorruptible qui est déjà celui de leur Maître :

« Oui, je vais vous révéler un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés, en un instant, en un clin d’œil, au son de la dernière trompette (voir plus loin la dernière trompette de l’Apocalypse). La trompette sonnera, les morts en Christ ressusciteront incorruptibles et nous, les vivants nous seront transformés (à l’heure de notre propre mort). »   (I Corinthiens 15 :51).

Sans doute, l’apôtre Paul espérait-il que Jésus reviendrait avant qu’il mourût. Si Paul mourut en l’an 67 comme on le présume, son désir ne fut pas exaucé, et dans ce cas il demeura sept ans dans le néant de la mort avant de ressusciter.

Ainsi 1335 jours après la destruction du Temple de Jérusalem, les élus du Christ accédaient à l’immortalité. Car par décision éternelle de Dieu, ceux qui ont foi dans l’efficacité du sacrifice du Christ et de sa résurrection ont les yeux qui s’ouvrent et sont amenés au salut selon le processus de l’élection en Christ, tel que nous l’avons décrit plus haut.

Désormais, seul le corps terrestre mourra et non plus la personnalité consciente (c'est-à-dire l’âme) de quiconque croit au Christ. L’immortalité est acquise par la résurrection de l’âme dans un corps incorruptible sans ressemblance physique avec la dépouille terrestre abandonnée. Les disciples ne reconnurent pas l’apparence physique de Jésus. Mais la veuve dont on enterrait le fils a reconnu son fils ressuscité par Jésus : Luc 7 :12 « Lorsqu'il fut près de la porte de la ville, voici, on portait en terre un mort, fils unique de sa mère, qui était veuve ; et il y avait avec elle beaucoup de gens de la ville. 13 Le Seigneur, l'ayant vue, fut ému de compassion pour elle, et lui dit : Ne pleure pas ! 14 Il s'approcha, et toucha le cercueil. Ceux qui le portaient s'arrêtèrent. Il dit : Jeune homme, je te le dis, lève-toi ! 15 Et le mort s'assit, et se mit à parler. Jésus le rendit à sa mère. »

 
*   *
*


18






Deuxième partie

 

 

 

 

 

LES DERNIERS JOURS DU JUDAÏSME
ET
LE RETOUR DU FILS DE L’HOMME.

 

 

19

 

Les révélations dont nous allons prendre connaissance furent faites par Jésus à quelques-uns de ses disciples il y a plus de 19 siècles.

 

Les disciples savent que leur Maître les quittera un jour (Ascension) pour retourner auprès de son Père. Puis il reviendra investi de l’autorité royale. Ils lui demandent à quel signe ils pourront discerner sa présence lorsqu’il sera revenu afin d’instaurer son règne glorieux.

Jésus satisfait au désir de ses disciples. Il leur annonce que des jours d’angoisse précéderont son retour.

Une terrible persécution s’abattra sur la jeune chrétienté… (persécution de Néron en 64).

Jérusalem sera assiégée par les armées et le Temple sera détruit. Le peuple juif tombera sous le tranchant de l’épée et les survivants seront dispersés parmi les nations.

Après ces jours de détresse, le Fils de l’Homme reviendra visiter la Terre. Les hommes incapables de discerner les signes de sa présence seront observés et pesés à leur insu.

Les événements se déroulèrent comme Jésus l’avait annoncé. En l’an 64, la terrible persécution de Néron décima la communauté romaine. En 67, le peuple juif se souleva contre le joug de Rome. La répression fut atroce. La chute de Jérusalem en l’an 70 marqua la fin de l’existence nationale juive pour dix-neuf siècles.

Tous ces événements appartiennent à l’Histoire et sont bien connus. La date du retour du Seigneur demeura secrète. Cependant les prophéties permettent de la situer entre les années 70 et 74.

 

 

*   *
*

20

Les événements qui précédèrent
le retour du Fils de l’homme.
 
Matthieu chapitre 24

 

1. Comme Jésus sortit du Temple et s’en éloignait, les disciples le rejoignirent afin de lui faire admirer la beauté des constructions.

Sortait du Temple. Temple construit par Hérode. Le 1er Temple qui avait été construit par Salomon fut incendié par les Babyloniens en 586 avant J-C.

2-3 Jésus leur répondit : Voyez-vous tout cela ? Et bien, je vous le dis, il ne restera ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. Et comme il s’était assis sur le Mont des Oliviers, les disciples vinrent lui demander en privé : Dis-nous quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton retour et celui de la fin de cette époque ?

La fin de cette époque. Les disciples savaient qu’ils vivaient les derniers jours d’une époque révolue. Ils espéraient que les temps nouveaux verraient le rétablissement de l’indépendance nationale, l’instauration en Israël du Royaume de Dieu et la suprématie de ce Royaume terrestre sur toutes les nations.

Car les juifs supportaient mal la domination tracassière des Romains, et beaucoup attendaient avec impatience le "Jour du Seigneur " annoncé par les prophètes. Jour terrible pour les persécuteurs et jour merveilleux pour le peuple élu.

La signification profonde des prophéties échappe encore aux disciples. Ils ne comprennent pas que les impératifs du plan divin dépassent singulièrement leurs préoccupations nationales.

En fait, le royaume de Dieu ne peut être terrestre. Jésus va les mettre en garde contre une interprétation tendancieuse et contre une illusion pleine de périls.

4-5. Jésus leur répondit : Prenez garde qu’on vous abuse car certains se présenteront sous mon nom et diront : Je suis le Christ !

Et ils abuseront bien des gens.

21

 

Se présenteront sous mon nom. Effectivement, il y eut à l’époque apostolique une effervescence religieuse intense. Avant la chute de Jérusalem, la fièvre messianique sévissait à l’état endémique. On attendait avec impatience un Messie guerrier qui bouterait les Romains hors des frontières. Toutes sortes de fanatiques se disant envoyés par Dieu prêchaient la guerre sainte contre l’occupant honni. Ils suscitèrent une révolte qui conduisit le peuple juif à un désastre sans précédent dans son histoire. [On retrouve le même esprit chez les Palestiniens aujourd’hui]

6. Vous entendrez parler de guerre et de rumeurs de guerre. Prenez garde. Ne vous troublez pas ! Il faut que ce soit ainsi mais ce ne sera pas encore la fin.

Guerre et de rumeurs de guerre. Lorsque se produisit en l’an 66 le soulèvement général contre Rome, la révolte couvait depuis longtemps, la guerre menaçant d’éclater à chaque instant.

Ce ne sera pas encore la fin. La fin de l’ère judaïque, le retour du Seigneur et l’instauration de son règne glorieux. Avant que tout cela n’arrive il faudra que la bonne Nouvelle du salut atteigne les Juifs de la diaspora, c'est-à-dire les juifs dispersés dans les différentes provinces de l’Empire. Après quoi viendra l’effondrement de la nation juive.

7. Une nation s’élèvera contre une nation, un royaume contre un royaume. Il y aura des famines en divers lieux et des séismes.

Nation contre nation – royaume contre royaume. L’historien Flavius Josephe, témoin de la guerre des juifs contre Rome la décrivit comme la plus importante des guerres qui n’aient jamais mis aux prises cités ou nations.

Famines et tremblements de terre : Il y en a toujours eu. Il y en a encore. Mais ils ont eu lieu aussi à cette époque, et cités :

Actes 11:28 L'un deux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l'Esprit qu'il y aurait une grande  famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous l’empereur romain Claude.

Matthieu 28:2 Et voici, il y eut un grand  tremblement de terre car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre qui fermait le tombeau de Jésus, et s'assit dessus.

Actes 16:26 Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison où se trouvait l’apôtre Paul furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s'ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus

 

8. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

Commencement des douleurs. Il s’agit des douleurs de l’enfantement messianique. Jean dans l’Apocalypse, représente Israël sous les traits d’une femme enfantant un Fils qui symbolise le Royaume de Dieu en la personne du Messie, son chef (cf. Apocalypse chapitre 12).

 

 

22

 

Guerres, famines, trahisons, luttes intestines, persécutions, seront les douleurs de l’enfantement messianique.

9. Alors on vous livrera aux supplices et à la mort, et vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom.

Les judéo-chrétiens se heurteront rapidement à l’hostilité des autorités religieuses lorsqu’ils contesteront la validité de la loi mosaïque devenue caduque. Les juifs dénonceront le christianisme et le présenteront comme un mouvement subversif à l’ordre romain. Faisant allusion aux manœuvres juives, l’apôtre Paul écrira que le mystère de l’iniquité est à l’œuvre (2 Thessaloniciens 2 :7). Le mystère de l’iniquité portera ses fruits lorsqu’en l’an 64 éclatera, la terrible persécution de Néron.

10. Alors plusieurs succomberont. Ils se trahiront et se haïront les uns les autres.

Plusieurs succomberont. Ils se haïront… La peur provoquera l’apostasie et la défection sera à son comble lorsque paraîtra l’Anti-Christ Néron, l’adversaire de Dieu, l’homme de la perdition (2 Thessaloniciens chapitre 2)

11. De faux prophètes se lèveront et abuseront bien des gens.

De faux prophètes. Méconnaissant Jésus, les fanatiques Zélotes prétendront obliger Dieu à intervenir contre les Romains. Car diront-ils, Dieu ne pourra pas permettre que son sanctuaire soit profané par l’ennemi et que son peuple soit écrasé. Il sera obligé d’envoyer son Messie.

Ce brillant raisonnement ne manqua pas de séduire ceux qui oublièrent les recommandations de Jésus :

« Il y aura parmi vous – expliquera l’apôtre Pierre- de faux docteurs qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine » (2 Pierre 2 :1). Ce qui ne tarda pas à se produire.

 

23

12. Et parce que l’iniquité ira croissant, l’amour du plus grand nombre se refroidira.

L’iniquité ira croissant. On sait qu’en l’an 66, les juifs se révoltèrent ouvertement contre Rome. En 67, un groupe d’extrémistes enragés, les Zélotes, ne reculèrent ni devant la trahison ni devant l’assassinat, entreprit de contrôler Jérusalem. Cette faction parvint à ses fins après plusieurs mois de guerre civile. Les luttes fratricides reprirent de plus belle lorsqu’une autre faction de fanatiques surexcités, les Sicaires, résolut à son tour de s’emparer du pouvoir.

La guerre civile ne cessa qu’à l’approche des légions romaines en 70. Cette sombre période de l’histoire juive vit le déchaînement de la haine et de la violence.

13. Mis celui qui tiendra jusqu’au bout sera sauvé.

Celui qui tiendra bon est celui qui restera fidèle jusqu’à la mort (cf. Matthieu 10 :22, Apocalypse2 :26 et 3 :10) et qui en ces temps troublés, gardera la parole de Jésus.

14. Cette bonne nouvelle du Royaume sera proclamée sur toute la terre habitée, afin de servir de témoignage à toutes les nations, après quoi viendra la fin.

A toute la terre habitée. Selon le langage de l’époque, cette expression désignait l’ensemble des pays sous contrôle romain. Or les juifs de la diaspora étaient établis dans la plupart des provinces de l’empire. L’annonce de la bonne nouvelle vaudra donc pour ou contre tous les peuples de l’empire et en tout premier lieu pour ou contre les juifs puisque le message chrétien était destiné au juif d’abord et aux païens ensuite.

Après quoi viendra la fin. Les disciples avaient demandé quel serait le signe de la fin des temps qu’ils vivaient. Jésus va répondre à cette question : le signe visible de la fin de l’ère judaïque sera la chute de Jérusalem et la destruction du !temple. Ces événements annonciateurs du retour du Fils de l’homme, de la résurrection d’entre les morts et de l’avènement de l’ère messianique ou ère chrétienne.

24

15. Donc lorsque vous verrez le dévastateur perpétrer contre le lieu saint l’abomination dont a parlé le prophète Daniel – c’est ici qu’il faut faire preuve d’intelligence –

L’acte abominable perpétré contre le lieu saint fut évidemment la profanation et la destruction du Temple qui fut incendié par les légions romaines le 9 ab de l’an 70.

Dont a parlé le prophète Daniel. Rappelons que Daniel avait prophétisé cette destruction qui mit fin au sacrifice perpétuel (Daniel 12 :11 – rappel)

Faire preuve d’intelligence. Seule une poignée de disciples comprirent que l’ère judaïque s’achevait, que la loi mosaïque était accomplie, que le christianisme allait s’installer et prospérer sur les ruines du judaïsme et que l’histoire du monde entrait dans une phase finale.

16. Alors que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans la montagne,

17. que celui qui sera sur la terrasse de sa maison ne descende pas rassembler ses biens,

18. que celui qui sera aux champs ne s’en retourne pas pour prendre son vêtement.

Remarque : Se rappelant les paroles de Jésus, les judéo-chrétiens quittèrent la ville aux premiers signes de danger. Ils trouvèrent refuge dans la région de Galaad.

19. Malheurs aux femmes enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !

20. Priez pour que votre fuite ne tombe pas en hiver ni un jour de sabbat,

Ne tombe en hiver. Le siège de Jérusalem débuta au mois de nissan (mars-avril).

21. car la détresse sera si grande qu’il n’y en a pas eue de semblable depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, et qu’il n’y en aura jamais plus.

25

Remarque : Nous avons fait remarquer que Jésus reprenait ici les mêmes termes que Daniel : « Ce sera une période de détresse si grande qu’il n’y en a pas eue de semblable depuis que les nations existent jusqu’à ce jour. » (Daniel 12 :1 – Rappel).

Ce procédé a pour effet de relier les deux prophéties. Il est fréquemment utilisé dans les écrits apocalyptiques.

La détresse sera si grande. Il fallut cinq mois pour réduire Jérusalem par la famine. Les assaillants surexcités par la résistance farouche des assiégés, se livrèrent à des représailles d’une cruauté révoltante. La Judée fut saccagée. Sa population fut massacrée, déportée, réduite en esclavage.

et qu’il n’y en aura jamais plus.

Remarque. C’est ici également qu’il faut faire preuve d’intelligence ! En effet, cette promesse riche de signification contient en avertissement qui mérite aujourd’hui d’être approfondi.

Elle implique en effet :

-         Que la nation juive serait un jour reconstituée (promesse tenue le 15 mai 1948, date de la reconstitution de l’Etat juif)

-         Que Jérusalem ne revivra plus les jours de détresse qu’elle connut en l’an 70.

Il s’ensuit que celui qui chercherait à annuler cette promesse du Christ serait nécessairement un anti-Christ.

22. Si ces jours n’étaient pas abrégés, nul n’aurait la vie sauve. Mais à cause des élus, ils seront abrégés ces jours-là.

A cause des élus. Les élus sont ici les judéo-chrétiens échappés au désastre.

23-24. Alors si l’on vous dit : « Le Christ est ici » ou bien « Il est là », n’en croyez rien. Car il viendra des faux Christs et des faux prophètes qui produiront des signes et des prodiges considérables, au point d’abuser s’il était possible, les élus eux-mêmes

26

Signes et prodiges considérables. En voici deux exemples :

- l’empereur romain Caligula ordonne que sa statue soit érigée dans le Temple. Cette provocation eut à coup sûr provoqué un soulèvement général et l’écrasement prématuré des Juifs. L’assassinat du tyran en 41 l’empêche de mettre son projet à exécution.

- en 66, Vespasien se prépare à marcher sur Jérusalem en proie à la guerre civile. La mort subite de Néron l’oblige à rentrer précipitamment à Rome.

Il était facile aux fanatiques prêchant la guerre sainte de voir la main de Dieu dans ces événements providentiels, et ils avaient raison (Lam 3 :37-38, Amos 3 :6). Mais là où ils avaient tort, c’était de croire que Dieu intervenait en leur faveur. En effet, selon Matthieu 24 :14 et selon Apocalypse 7 :3, l’écrasement de la nation juive ne devait pas intervenir avant que la Bonne Nouvelle du Royaume n’ait été proclamée dans toutes les provinces de l’empire. Ce délai devait permettre le rassemblement de « l’Israël de Dieu » c. à d. des élus (Juifs et Gentils) qui devaient constituer les prémices du Royaume.

Dieu intervint donc pour empêcher la débâcle prématurée, non en faveur des surexcités, mais au profit de ses élus.

25-27. Ainsi vous voilà prévenus. Donc si l’on vous dit : « Il s’est retiré au désert » n’y allez pas. Ou bien « Il est là incognito », n’en croyez rien. Comme l’éclair en effet illumine le ciel de l’orient à l’occident, ainsi sera la présence du Fils de l’homme.

Comme l’éclair en effet. La présence du Seigneur se manifestera par ses effets qui seront aussi évidents que l’illumination du ciel par l’éclair.

28. Là où se trouve la proie, là aussi se rassemblent les aigles.

Ceux dont la perspicacité est comparable à l’acuité visuelle de l’aigle seront capables de discerner les signes de la Présence du Seigneur. Comme il est difficile de supposer que la Terre est peuplée d’une majorité d’aigles, il paraît raisonnable de conclure que le monde sera aveugle dans son ensemble. Le retour et la présence du Seigneur passeront donc inaperçus. Conclusion vérifiée par les faits.

27

 

Le retour du Fils de l’homme.

 

29. Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté. Les étoiles tomberont du ciel et les cieux seront ébranlés.

Le soleil s’obscurcira, et la lune ne donnera plus de sa clarté. Les jours qui suivirent la chute de Jérusalem et la destruction du Temple furent des jours de ténèbres spirituelles pour le peuple juif. A la catastrophe nationale s’ajoutait la perte du sanctuaire considéré comme le lieu de la présence divine et le seul endroit où il était permis de pratiquer le culte exigé par la Loi. Les sources de la vie rituelle étaient taries.

Les étoiles tomberont du ciel. Allusion à la guerre des Anges. Satan et ses anges sont chassés des espaces célestes et refoulés aux portes de la Terre :

« La guerre se déchaîna dans les cieux. Michel et ses anges attaquèrent le Dragon. Le Dragon et ses anges ripostèrent, mais ils ne furent pas les plus forts et il n’y eut plus de place pour eux dans le ciel. On le jeta donc l’énorme Dragon, le Serpent ancien, le Diable ou Satan comme on l’appelle, le suborneur de la Terre entière. On le jeta sur la Terre, et ses anges avec lui. » (Apocalypse 12 :7-9).

Les cieux seront ébranlés. Un ordre cosmique nouveau est établi par la déchéance de Satan et l’intronisation du Fils de l’homme à qui est donnée la domination universelle comme on le verra dans la troisième partie de cet ouvrage.

30. Alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel. Tous les peuples de la terre se frapperont la poitrine et ils verront le fils de l’homme venir dans la nuée avec puissance et grande gloire.

Le signe du fils de l’homme. Le signe spécifique de Jésus, son image de marque est l’universalité du salut, et la Croix en est l’emblème. La suite du verset confirme ce qui vient d’être dit.

28

Tous les peuples de la Terre se frapperont la poitrine car c’est pour les sauver que le Christ est mort. (Universalité du salut)

Verront le Fils de l’homme revenir car son retour se manifestera aux yeux de tous par l’universalité du salut. Avant même la fin de l’époque apostolique, Dieu et son Messie partent à la conquête du monde (cf. Apocalypse 1 :7)

31. Il enverra ses Anges à la trompette retentissante et ils rassembleront les élus des quatre vents, d’une extrémité à l’autre de la Terre.

Ils rassembleront les élus. C’est la moisson de l’époque apostolique, le rassemblement de l’Israël de Dieu, c'est-à-dire des élus de la première génération chrétienne (Juifs et Gentils).

32. Du figuier retenez cette leçon : dès que les branches s’assouplissent et que poussent les feuilles, vous savez que l’été est proche.

33. De même quand vous verrez toutes ces choses, comprenez que le Fils de l’homme est près de vous, à la porte.

Toutes ces choses : la chute de Jérusalem, la destruction du Temple, la détresse du peuple juif, la conversion des païens et l’extension du christianisme.

Près de vous, à la porte. Le Fils de l’homme aura établi son quartier aux frontières de la planète. La Parousie ou Présence du Seigneur sera devenue effective.

34. En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé.

Cette génération ne passera pas. On ne saurait être plus explicite. D’après Nombres 32 :13, la durée d’une génération est de 40 ans. Aussi n’y avait-il aucun doute dans l’esprit des disciples : le retour de Jésus était proche, sinon imminent.

D’ailleurs dans Matthieu 16:28, Jésus dit «quelques uns de ceux qui sont ici ne mourront pas qu’ils n’aient vus le fils de l’homme venir dans son règne ». Si aujourd’hui le Seigneur n’était pas revenu… ces gens seraient bigrement vieux !

En effet, le Nouveau testament entier atteste l’attente d’un retour qui ne saurait tarder. La date exacte n’en était pas connue, pas plus qu’elle ne l’est aujourd’hui. Mais nous savons d’après les versets 29 et 30 qu’elle est postérieure au désastre juif de 70. D’autre part selon l’apôtre Paul, elle est antérieure à la première résurrection d’entre les morts : « Au son de la trompette de Dieu, le Seigneur descendra du ciel et les morts se lèveront premièrement. » (I Thessaloniciens 4:16)

Le retour du Seigneur se situe par conséquent entre les années 70 et 74 de notre ère.

29

35. Le ciel et la Terre passeront mais mes paroles ne passeront pas.

Mes paroles ne passeront pas. Jésus insiste sur la certitude de son retour aux temps indiqués. Cette remarque peut être utile à ceux qui comprennent difficilement que la Présence du Seigneur se discerne avec les yeux de l’esprit et non avec ceux du corps. Parlant avec Jésus qui leur reprochait leur manque d’intelligence et leur cœur lent à croire ce qu’ont dit les prophètes, les disciples d’Emmaüs par exemple ne reconnurent Jésus qu’à un signe bien particulier. Alors leurs yeux s’ouvrirent (cf. Luc 24 :25-31 et Job 42 :5).

36. Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges dans les cieux, ni le Fils, personne que le Père.

37. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même au retour du Fils de l’homme.

38. En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait. On prenait femme ou mari jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche,

39. et les hommes ne s’avisèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge qui les emporta tous. Il en sera de même au jour du Fils de l’homme.

Il en sera de même. Jésus compare les derniers jours du judaïsme aux jours qui précédèrent le déluge. En effet ces deux époques se terminèrent par un jugement. Dans les deux cas, les hommes demeurèrent inconscients du jugement dont ils furent l’objet.

30

41-42. Alors deux hommes seront aux champs. L’un sera pris et l’autre laissé. Deux femmes moudront ensemble. L’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc puisque vous ne savez quel jour votre Maître va revenir…

Veillez donc car à son retour le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, d’une extrémité à l’autre de la Terre (verset 31 – Rappel). Nous avons fait remarquer que c’était la moisson de l’ère apostolique.

Or la Bonne Nouvelle avait été annoncée dans toutes les provinces de l’Empire (Romains 1 :8) afin de servir de témoignage à toutes les nations. Les élus furent donc, comme je l’ai noté plus haut, aussi bien des Juifs que des Gentils (l’Israël de Dieu).

 

Le Jugement des nations païennes.

 

Lorsque le Seigneur revint ce fut d’abord pour faire la moisson (la résurrection) de l’époque apostolique et récolter les prémices du Royaume, ainsi que nous venons de l’apprendre. Après quoi s’ouvrit l’ère chrétienne.

Or, à l’heure du retour du Fils de l’homme, la jeune chrétienté se trouve dans une situation précaire. Le massacre de 64 a créé un dangereux précédent. L’existence des chrétiens est à la merci de la haine imbécile des foules et du bon plaisir des tyrans.

Aussi la postérité de Satan va-t-elle être anéantie au feu impitoyable de la colère de Dieu.

 

*   *
*
31
 
Matthieu, chapitre 25.

 

31. Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire et avec lui tous ses Anges, alors il prendra place sur son trône de gloire.

32. Toutes les nations seront rassemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres comme le berger sépare les brebis des boucs.

Il séparera les uns des autres. Les gens des nations vont être jugés suivant leur comportement à l’égard des disciples du Christ.

33. Il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.

34. Alors le Roi dira à ceux de sa droite : Venez vous, les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.

Vous les bénis de mon Père. Nul ne peut venir au Fils s’il n’est béni du Père (cf. Jean 6 :44 et Ephésiens 1 :3-4).

Prenez possession du Royaume. On ne peut hériter du Royaume que par la résurrection car le Royaume de Dieu n’est pas terrestre : « Mon Royaume n’est pas de ce monde » « Mon Royaume n’est pas d’ici-bas » (Jean 18 :36) « La chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, et ce qui est corruptible ne peut hériter de l’incorruptibilité ». (I Corinthiens 15 :50)

Ces citations confirment ce que nous savons déjà. Par la résurrection les élus du Christ prennent possession de leur héritage sans attendre dans la mort comme les justes des temps passés.

35. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif et vous m’avez donné à boire. J’étais étranger et vous m’avez accueilli,

36. J’étais nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez soigné, prisonnier et vous m’avez visité.

32

37-38. Alors les justes demanderont : « Seigneur, quand t’avons-nous nourri, désaltéré, abrité, vêtu ?

39. Quand étais-tu malade ou prisonnier et t’avons-nous visité ?

40. Et le roi répondra : En vérité je vous le dis, quand vous avez fait cela à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.

L’un de ces plus petits. Ces petits désignent dans la bouche de Jésus, le moindre de ses disciples (lire absolument Matthieu 12 :50, Jean 15 :14 et Romains 8 :9). Par conséquent les gens des nations furent bien jugés comme il est dit plus haut, suivant leur comportement à l’égard des croyants :

« Qui vous accueille m’accueille, accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète parce qu’il est prophète recevra une récompense de prophète. Qui accueille un juste parce qu’il est juste recevra une récompense de juste. Quiconque donnera à boire à l’un de ces petits, ne serait-ce qu’un verre d’eau fraîche parce qu’il est mon disciple, en vérité je vous le dis, il ne perdra sa récompense. » (Matthieu 10 :40-42).

41. Et le Roi dira à ceux de sa gauche : loin de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le Diable et ses Anges.

Le feu éternel est évidemment un symbole comme le sont les brebis et les boucs de cette parabole ! Il est le symbole de la destruction éternelle comme d’ailleurs Jésus le dit explicitement au verset 46.

Préparé pour le Diable. Les anges rebelles ne passeront pas en jugement car ils sont déjà jugés. La sentence sera exécutée à la fin de l’ère chrétienne ou ère messianique.

42-46. Car j’ai eu fin et vous ne m’avez pas donné à manger. J’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire. J’étais étranger et vous ne m’avez pas accueilli. J’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu ; j’étais malade ou prisonnier et vous ne m’avez pas visité.

33

Et eux de répondre : Seigneur, quand t’avons-nous vu souffrir de la faim et de la soif, étranger ou nu, malade ou prisonnier et ne t’avons-nous pas secouru ?

Et le !roi leur dira : En vérité je vous le dis, lorsque vous n’avez pas fait cela à l’un de ces plus petits, c’est moi que vous n’avez pas secouru.

Et ceux-ci iront à la mort éternelle, et les juste iront à la vie éternelle.

Mort éternelle. En grec « Kolasin aionion » signifie suppression, retranchement, élagage. En aucun cas ces mots ne signifient tourment.

L’enseignement de cette parabole est le suivant : celui qui refuse le soutien de son amour fraternel à un chrétien persécuté à cause de sa foi prouve son inaptitude à faire partie de l’humanité nouvelle née de la résurrection.

Il est à jamais retranché du Royaume de Dieu.

A plus forte raison en est-il des persécuteurs de tout acabit.


 

*   *
*
34
 
 
JEAN


Troisième   partie



INVESTITURE ROYALE DU FILS DE L’HOMME
ET
PROMULGATION DES DÉCRETS DIVINS.

 

 

35

 

 

On sait que 45 jours après Pâques, Jésus ressuscité quitta ses disciples et retourna dans les lieux célestes afin d’être investi des pleins pouvoirs et de recevoir l’hommage d’allégeance des êtres célestes (Ascension).

La scène de l’investiture est décrite par l’apôtre Jean dans l’Apocalypse. Le rideau se lève sur une vision de majesté divine.

 

 

Vision inaugurale de la majesté de Dieu

 

Apocalypse chapitre 4.

 

 

1. Voici je regardais et je vis une porte ouverte dans le ciel. La voix que j’avais entendue, éclatante comme une sonnerie de trompette me dit : « Monte ici et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite des temps. »

La voix que j’avais entendue. Il s’agit de l’ange envoyé par Jésus à son serviteur Jean afin de lui dévoiler les choses de l’avenir (cf. Apocalypse 1 :11).

Ce qui doit arriver. Jean verra se succéder sous forme de tableaux animés, les événements qui feront la trame de l’histoire du salut au cours de l’ère chrétienne. La plupart de ces événements sont aujourd’hui accomplis.

2-3. Je fus aussitôt au pouvoir de l’Esprit. Je vis un trône dressé dans le ciel, et sur ce trône, quelqu’un était assis.

Celui qui siégeait avait l’éclat d’une pierre de jaspe et de sardoine. Du trône émanait une aura semblable à une vision d’émeraude.

 

Remarque. Jean ne reçoit de Dieu qu’une vision de lumière pareille à l’éclat des pierres précieuses. Car l’infinitude de Dieu est impénétrable aux yeux de l’homme mortel.

 

36

 

 

4. Vingt quatre sièges entouraient le trône. Sur les sièges je vis  vingt quatre Vieillards vêtus de blanc et portant des couronnes d’or sur la tête.

Vingt quatre Vieillards. 12 est le nombre sacerdotal. Le nombre 24 est une amplification de ce nombre. Cela veut dire que les 24 Vieillards représentent la Cour céleste, les Sages voués au culte de Dieu. En effet, ils rendent constamment gloire à Dieu (cf. Apocalypse 4:10-11, 5:8-11, 11:16-17, 19:4). Les vêtements blancs sont l’emblème de leur sainteté. Les sièges et les couronnes indiquent qu’ils participent au gouvernement de l’Univers.

On remarquera que dans l’Apocalypse de Jean, les nombres ont toujours une signification qualitative et non quantitative.

5. Du trône partaient des éclairs, des voix, des tonnerres. Sept lampes ardentes brûlaient devant lui. C’étaient les sept Esprits de Dieu.

Eclairs, voix, tonnerres. Allusion à Exode 19 :16-18. Dans le symbolisme de Jean, éclairs, voix, tonnerres traduisent la présence de Dieu.

Les sept Esprits de Dieu. Ce sont les !anges de la Présence, attachés à la personne de Dieu (cf. Apocalypse 1:4 et 8:2). Ces êtres sont remplis de l’Esprit de Dieu car le chiffre 7 exprime la plénitude  et la perfection. Leur volonté s’identifie à celle de Dieu et leurs actes libres s’intègrent spontanément à son œuvre. Leur apparition en un lieu équivaut à l’apparition de Dieu. C’est une théophanie. Ils rayonnent leur lumière parfaite devant le trône comme jadis le chandelier d’or à sept branches répandait la pure clarté de ses sept lampes dans le lieu très saint du Temple.

6. Devant le trône on aurait dit une mer limpide comme le cristal. Quatre Vivants entouraient le trône. Ils étaient couverts d’yeux par devant et par derrière.

Mer limpide. La sérénité qui émane du trône s’étend à la foule céleste semblable à une mer paisible.

 

37

 

Quatre Vivants. Nous verrons que ce quatuor désigne les Anges de la destruction, les Exterminateurs chargés d’exercer la justice divine. Le nombre 4 est évidemment symbolique. Ezéchiel les dépeint avec 4 faces tournées vers les quatre points cardinaux, signifiant par là que leur autorité s’étend à la Terreentière. (cf. Ezéchiel 10 :14)

Couverts d’yeux : efficacité de la vigilance.

7. Le premier vivant ressemblait à un lion, le second à un taureau, le troisième avait comme un visage d’homme, et le quatrième faisait penser à un aigle en plein vol.

Remarque : ces messagers possèdent courage, puissance, intelligence et célérité.

8. Ils avaient chacun six ailes dont le pourtour et le dessous étaient constellés d’yeux. Ils ne cessaient de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-puissant qui était, qui est et qui vient.

Six ailes. Le chiffre 3 exprime abondance, pléthore, emphase. Les trois paires d’ailes traduisent emphatiquement la diligence et la célérité de ces émissaires.

Saint, saint, saint. Emphase de la sainteté de Dieu.

Qui était, qui est et qui vient. Expression traduisant l’éternité de Dieu.

9-10. Et pendant que les Vivants rendaient gloire honneur et grâce à celui qui siégeait sur le trône et qui vit aux siècles des siècles, les vingt quatre Vieillards se prosternaient devant le trône et adoraient Celui qui vit aux siècles des siècles. Ils lançaient leur couronne devant le trône en disant :

Ils lançaient leur couronne. Le pouvoir qu’ils ont reçu vient de Dieu, la gloire en revient à Dieu.

11. Tu es digne ô Seigneur notre Dieu de recevoir gloire honneur et puissance, car c’est Toi qui créa toutes choses. C’est par Ta volonté qu’elles existent et furent crées.

38

Dieu remet à l’Agneau les destinées du monde.

 

 

Apocalypse chapitre 5.

 

Dans ce chapitre nous verrons l’Agneau investi solennellement du pouvoir royal et recevoir l’hommage d’allégeance des dignitaires du trône et de tous les Anges rassemblés. Dieu lui remet le pouvoir d’exécuter ses décrets.

 

 

1. Je vis alors dans la main droite de Celui qui siégeait sur le trône, un livre roulé, écrit recto verso et scellé de sept sceaux.

Livre roulé. Rouleau de parchemin. Il contient les décrets divins qui vont être incessamment promulgués.

2. Je vis un Ange puissant qui criait d’une voix sonore : Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en rompre les sceaux ?

3. Mais personne ni dans le ciel ni sur la Terre ni sous la terre ne put ouvrir le livre et le lire.

Ni sous la terre. Aucun humain ayant vécu dans les temps passés n’en fut reconnu digne.

4-5. Je m’affligeais de ce que personne n’était trouvé digne d’ouvrir le livre et de le lire,

Lorsqu’un des Vieillards me dit : « Ne te désole pas, car voici le Lion de la tribu de Juda, le rejeton de David. Il a vaincu. Il ouvrira donc le livre des sept sceaux. »

Tribu de Juda. Par la chair, Jésus descendait du roi David qui appartenait à la tribu de Juda (Apocalypse 22 :16).

6. Et je vis debout entre le trône, les quatre Vivants et les Vieillards, un Agneau qui était comme immolé. Il avait 7 cornes et sept yeux qui sont les sept Esprits de Dieu chargés de mission par toute la Terre.

39

 

Sept cornes. Dans le langage apocalyptique, les sept cornes désignent la plénitude (chiffre sept) de la puissance et du pouvoir (cornes).

Les sept Esprits de Dieu. L’armée des Anges de la Présence est au service de l’Agneau (cf. Jean 13 :3).

7. Et l’Agneau vint prendre le livre dans la dextre de Celui qui siège sur le trône.

8. Quand il lui a pris le livre, les quatre Vivants et les vingt quatre Vieillards se prosternèrent devant l’Agneau. Chacun avait une harpe et des coupes d’or pleines de parfums. Les parfums sont les prières des saints.

9. Ils chantaient un cantique nouveau : Tu es digne de prendre le livre et d’en rompre les sceaux car tu fus immolé et tu rachetas pour Dieu, au prix de ton sang, des hommes de toute race, langue, de tout peuple et de toute nation.

Cantique nouveau. Le cantique de Moïse (cf. Exode chapitre 15) célébrait la libération du peuple juif échappé de la servitude en Egypte. Le cantique nouveau célèbre la libération du peuple chrétien échappé à la servitude de la mort.

10. Tu as fait d’eux une royauté de ministres pour notre Dieu et ils régneront sur la Terre.

Ils régneront sur la Terre. Les ressuscités en Christ participeront au règne messianique millénaire de l’Agneau et ils jugeront les hommes. Nous verrons plus loin que ce règne débuta à la fin du 3ème siècle.

11. Je regardais et j’entendis les acclamations d’une multitude d’Anges qui se pressaient autour du trône, des Vivants et des Vieillards. Ils étaient des myriades et des milliers de milliers.

12. Ils criaient à pleine voix : « l’Agneau qui fut immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la force, les honneurs, la gloire et la louange.

40

 

13. Et toutes les créatures qui existent dans le ciel, sur la Terre, sous la Terre et sur la mer, et tout ce qui vit, je les entendis qui disaient : « A Celui qui siège sur le trône et à l’Agneau soient la louange, les honneurs, la gloire et le pouvoir aux siècles des siècles.

14. Et les quatre Vivants disaient : « Qu’il en soit ainsi ». Et les Vieillards se prosternèrent pour adorer.

 

 

Promulgation d’un Jour de Colère.
 
Apocalypse chapitre 6.

 

 

Les quatre cavaliers qui vont maintenant apparaître symbolisent les quatre fléaux dont Dieu, par la bouche de ses prophètes menaçait de punir les transgressions d’Israël : conquérants sanguinaires, guerre, famine et mortalité.

Parce qu’il n’a pas reçu le Messie que Dieu lui envoyait, Israël connaîtra l’invasion et son cortège de malheurs : la famine, les épidémies et la mort violente.

On sait déjà comment ce décret divin reçut exécution : malgré leur faiblesse et leurs dissensions, les juifs entrèrent en lutte armée contre Rome en 66. En l’an 70, Jérusalem succomba après cinq mois de siège. Israël écrasé, la répression fut terrible. La Judée se couvrit d’une forêt de potences et devint un désert. (La grande détresse d’Israël).

1. Je regardais l’Agneau qui brisait le premier des sept sceaux et j’entendis le premier Vivant s’écrier d’une voix de tonnerre : Viens !

Le premier des Vivants : l’un des Exterminateurs (rappel).

2. Et voici que parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc. On lui donna une couronne et il partit vainqueur et pour vaincre encore.

41

 

Cheval blanc : symbole de victoires et de conquêtes.

On lui donna un arc : l’arc était considéré comme une arme perfide et déloyale (cf. Psaume 78 :57).

Couronne. Emblème de domination. Ce premier cavalier est identifié au verset 8. Il représente allégoriquement les bêtes féroces de la Terre. C'est-à-dire les peuples guerriers et conquérants assoiffés de meurtres et de rapines. Il est une image inversée du Christ qui combat avec justice et libère les peuples (cf. Apocalypse 19 :11).

3-6 Quand il rompit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant qui disait : Viens !

Alors apparut un autre cheval, couleur de feu. Celui qui le montait avait le pouvoir de bannir la paix de la Terre afin que l’on s’égorgeât les uns les autres. Une grande épée lui fut donnée.

Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième Vivant qui disait : Viens ! Je regardai et je vis un cheval noir. Celui qui le montait avait une balance à la main.

Et j’entendis du milieu des Vivants une voix qui disait : un litre de blé pour un denier, et trois litres d’orge pour un denier ; mais ne touche pas à l’huile et au vin.

Un denier. Le denier était le salaire journalier d’un ouvrier agricole (cf. Matthieu 20 :2)

7-8. Quand il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis une voix qui disait : Viens !

Je regardai et voici que vint un cheval livide. Celui qui le montait s’appelait la Mort et la Tombe le suivait. Et ils reçurent pouvoir sur le quanrt de la Terre afin de détruire par l’épée, par la famine, par la maladie et par les bêtes féroces de la Terre.

S’appelait la Mort. Tacite estima le nombre de tués juifs à 600.000.

42

 

L’historien Flavius Josephe considéra la guerre des Juifs comme la guerre la plus importante de toutes celles qui mirent aux prises cités ou nations. Elle suffit à faire échouer les projets de Néron qui rêvait d’une conquête universelle.

9. Quand l’Agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent immolés pour leur fidélité à la parole de Dieu et pour le témoignage qu’ils avaient rendu.

Je vis les âmes. Dieu échappe aux lois du temps. Pour Lui, le passé et l’avenir rejoignent le présent. Aussi les martyrs du futur sont-ils comme présents sous ses yeux. Ils se réveilleront aux jours qu’Il a fixés.

10. Ils criaient d’une voix forte : Jusques à quand, ô Maître saint et véritable tarderas-Tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la Terre ?

11. A chacun furent donnés des vêtements blancs et on leur dit de patienter encore un peu jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de service et leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux.

Vêtements blancs : symbole de victoire et de justification.

Patienter encore un peu. Le retour de Jésus victorieux et investi du pourvoir royal mettra fin à la domination sans partage de Satan sur la Terre. Attaqué dans ses derniers retranchements, le Prince de ce monde opposera une résistance furieuse et tournera sa rage homicide contre la chrétienté naissante. Beaucoup de chrétiens périront (persécutions de l’empire romain). Mais Satan finira par être réduit à l’impuissance (cf. Apocalypse 20 :2). Son organisation terrestre sera démantelée : A la fin du troisième siècle, Rome n’est plus la capitale de l’Empire. Au début du quatrième siècle, le christianisme devient religion reconnue. Puis l’empire romain se disloque.

43

 

Le règne de Jésus et de ses ressuscités ne commença donc qu’à la fin du 3ème siècle ou au début du 4ème. Le règne messianique sera décrit plus loin (6ème partie).

12. Je regardais lorsque l’Agneau ouvrit le sixième sceau. Il y eut un violent tremblement de terre. Le soleil devint aussi noir qu’un sac de crin, et la lune entière devint comme du sang.

Violent tremblement de terre. Les phénomènes telluriques expriment la colère de Dieu contre les hommes.

Le soleil devint aussi noir… Jean reprend la prophétie que Jésus avait faite sur le mont des Oliviers : « Aussitôt après ces jours de détresse (chute de Jérusalem, destruction du Temple, massacres de Judée), le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus s clarté » (Matthieu 24 :29 – rappel).

Parce qu’il a méprisé la lumière qui lui était envoyée, le peuple juif est condamné à errer dans les ténèbres. Cette disgrâce avait été maintes fois prophétisée par les prophètes de l’Ancienne Alliance. Cf. Joël 2 :31, Isaïe 13 :10, Ezéchiel 32 :7, Joël 3 :15.

13. Les étoiles du ciel s’abattirent sur la Terre comme les figues avortées d’un figuier secoué par la tempête.

Il y eut… le soleil devint… les étoiles s’abattirent : prétérits prophétiques.

Les étoiles du ciel s’abattirent. Nous avons vu (Matthieu 24 :29), qu’à la suite d’un combat livré dans les cieux, les Anges rebelles furent chassés des espaces sidéraux et refoulés aux portes de la Terre (cf. page 28 et Apocalypse 12 :9).

14. Le ciel se déroba comme un parchemin qu’on roule, les montagnes et les îles s’arrachèrent de leur place.

Le ciel se déroba. Prétérit prophétique (rappel).

Remarque. La colère de Dieu s’abattra non seulement sur les cieux                        44

rebelles (les étoiles s’abattirent sur la Terre – le ciel se déroba comme un parchemin qu’on roule) mais aussi sur les hommes (les montagnes et les îles s’arrachèrent de leur place). Qu’ils soient terrestres ou extra-terrestres, les persécuteurs du peuple chrétien seront châtiés ainsi que l’avait annoncé le prophète Esaïe :

« En ce temps-là, YHWH châtiera dans le ciel l’armée d’En –haut et sur Terre, les rois de la Terre. » (Esaïe 24 :21).

15. Les rois de la Terre, les princes, les grands capitaines, les riches et les puissants, les esclaves et les hommes libres, tous se cachèrent dans les cavernes et les rochers des montagnes,

Se cachèrent. Prétérit prophétique

16. disant aux montagnes : croulez sur nous et cachez-nous devant la face de Celui qui siège sur le trône et devant la colère de l’Agneau.

Remarque. Ces images qui expriment la colère de Dieu et de l’Agneau n’impliquent pas que les persécuteurs et leurs complices seront conscients du jugement qui les frappera. En fait ils seront jugés à leur insu et condamnés à la mort éternelle, sans même qu’ils s’en doutent.

17. Car il est venu le grand Jour de la Colère et qui pourrait tenir ?

Le grand Jour de la Colère ou Jour de YHWH fut maintes fois annoncé par les prophètes de l’Ancienne Alliance. C’est la période qui va de la chute de Jérusalem et de la destruction du Temple jusqu’à la fin du troisième siècle de notre ère. Pendant la durée de ce Jour, la malédiction divine demeura sur les nations persécutrices.

Le Jour de la Colère fut précédé d’une « année de grâce » annoncée par Isaïe et accomplie par Jésus (cf. Isaïe 61 :1-2 et Luc 4 :18-21). Au cours de cette « année de grâce », Jésus et après lui ses apôtres et ses disciples annoncèrent la Bonne Nouvelle du Royaume.

45

Des rescapés pour Israël.

 

Apocalypse chapitre 7.

1. Puis je vis quatre Anges aux quatre coins de la Terre. Ils retenaient les quatre vents de la Terre afin qu’ils ne soufflassent point sur la terre ni sur mer, ni sur aucun arbre.

Quatre Anges. Ce sont les Exterminateurs.

Les quatre coins de la Terre. Le symbole des quatre vents et celui des quatre chevaux apocalyptiques (Apocalypse 6 :1 à 8) sont empruntés au prophète Zacharie (Zacharie 6 :1 à 8). Ils représentent les quatre fléaux que sont les quatre tyrans avides de conquêtes, la guerre, la famine et la mort.

Les Exterminateurs retiennent ces fléaux qui ne s’abattront sur Israël que lorsque la Bonne Nouvelle aura été proclamée dans le « monde habité » à la face de tous les peuples (Matthieu 24 :14 – Rappel). Car une année de grâce précédera le Jour de la Colère.

2. Et je vis un autre Ange qui montait de l’Orient, tenant le sceau du Dieu vivant. Il cria d’une voix forte aux quatre Anges qui avaient reçu le pouvoir de malmener la terre et la mer.

Qui montaient de l’Orient. La vengeance divine vient de l’Orient. Allusion à la destruction de Darius le Mède et Cyrus le Perse, les rois de l’Orient suscités par Dieu pour châtier la Cité persécutrice (cf. Apocalypse 9 :15 – Commentaire).

3. Attendez pour malmener la terre et la mer et les arbres que nous ayons marqués du sceau le front des serviteurs de notre Dieu.

Les serviteurs de notre Dieu. En principe ce sont tous les juifs car le peuple juif fut prédestiné dès les origines du monde à enfanter la postérité qui vaincrait Satan. Pour cette raison le salut sera offert par décision divine, aux juifs en priorité.

46

C’est à eux qu’il appartiendra de décider s’ils l’acceptent ou le refusent.

4. Puis j’appris le nombre de ceux qui furent marqués du sceau : 144.000 de toutes les tribus d’Israël.

Qui furent marqués : prétérit prophétique.

144.000 = 12 fois 12.000. Douze est le nombre sacerdotal, ce qui signifie que les élus seront ceux qui pratiquent le vrai culte. Mille est le nombre de la multitude. Donc, beaucoup seront sauvés ; tous ceux qui invoqueront le nom de Jésus (cf. Joël 2 :32).

5. De la tribu de Juda, 12000 furent marqués du sceau. De la tribu de Ruben 12000, etc… (suit l’énumération des douze tribus)

 

 

La nouvelle Jérusalem.

 

 

Apocalypse chapitre 7 (suite)

 

9. Après cela, voici qu’apparut une foule immense, impossible à dénombrer, de toute nation, de toute race, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, revêtus de blanc, des palmes à la main.

Des palmes à la main. Ce sont les palmes de la victoire. Or Jésus a dit : « Celui qui vaincra… je graverai sur lui le nom de mon Dieu et le nom de la Cité de mon Dieu, la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel de chez Dieu, et le nom nouveau que je porte. » (Apocalypse 3 :12)

47

C’est la foule immense des élus qui régneront avec Christ sur la Terre dès la fin du 3ème siècle (règne messianique dit de mille ans) : « A celui qui vaincra et qui restera fidèle jusqu’à la mort, je donnerai autorité sur les nations. Il les mènera avec un sceptre de fer et les brisera comme des vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père. »

Ils sont la Cité sainte, la Jérusalem céleste, dont la Jérusalem terrestre ne fut que l’image grossière, l’ombre de la réalité.

Les splendeurs de cette nouvelle Jérusalem, capitale du futur Royaume de Dieu, seront décrites au chapitre 21 de l’Apocalypse (6ème partie).

10. Ils criaient d’une voix puissante : nous devons le salut à notre Dieu qui siège sur le trône et à l’Agneau.

11. Tous les Anges qui entouraient le trône, et les Sages et les Vivants, se prosternèrent devant le trône adorant dieu et disant :

12. Que cela soit ! que la louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance, la force soient à notre Dieu pour les siècles des siècles.

13. Alors l’un des Vieillards m’adressa la parole : « Ces gens revêtus de blanc, qui sont-ils et d’où viennent-ils ? »

14. Je répondis : « Monseigneur, c’est toi qui le sais ». Ce sont m’apprit-il, ceux qui viennent de la grande tribulation.

Ceux qui viennent de la grande tribulation. Non seulement les martyrs des persécutions romaines, mais aussi tous ceux qui, en ces temps d’épreuves resteront fidèles jusqu’à la mort (cf. Apo 2 :26-27).

Ils ont lavé leur vêtement et l’ont blanchi dans le sang de l’Agneau.

Blanchi dans le sang de l’Agneau. Ils seront justifiés par leur foi dans la valeur rédemptrice du sacrifice et de la résurrection de Jésus.

48

Le sacrifice de Jésus est rédempteur parce qu’il a montré aux habitants de l’Univers qu’un homme comme nous (Hébreux 2 :17) est capable de vaincre Satan (ce à quoi Adam et sa descendance n’étaient pas parvenus). Non seulement cela, mais en se mettant volontairement dans des souffrances effrayantes menant à la mort, notre Jésus bien aimé - par amour pour nous - a voulu montrer qu’un homme fidèle à la Vérité  triomphe de tout, même de la mort !

Note : sur la croix plusieurs devenaient fous, si bien que Rome finit par supprimer ce supplice tant il était abominable.

« Tout est possible à celui qui croit » disait Jésus. Mais croire en quoi ? Adam a cru qu’il pouvait devenir un DIEU et il a fait des bêtises pour le devenir… alors qu’il en était un (Psaume 82 :6, Luc 3 :38). En effet, seul un DIEU peut être fils de DIEU. Jésus que l’on tuera parce qu’il prétend être égal à DIEU (Jean 5 :18. Rappel) dira que nous aussi nous sommes des DIEUX, que nous sommes comme lui. (cf. Jean 5:18, Luc 6:40, Matthieu 23:9). Être convaincu de cela c’est recevoir l’Esprit de DIEU (Marc 1 :10-11, Romains 8 :9), renouer avec Dieu, ne faire qu’un !

Cette certitude a donné aux premiers chrétiens le courage de résister aux persécutions et aux supplices dans les arènes. Souvenez-vous par exemple de Ste Blandine piétinée, percée par les cornes d’un taureau dans les arènes de Lyon pendant trois jours avant de mourir ! A seize ans.

15-17. Aussi sont-ils devant le trône de Dieu, le servant jour et nuit dans sa demeure. Celui qui siège sur le trône les abritera sous son toit. Ils ne souffriront plus jamais de la faim ni de la soif. Jamais plus le soleil ne les accablera ni aucun vent torride, car l’Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur conducteur. Il les conduira aux sources de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

Remarque. Au-delà des terribles persécutions qui seront le lot des premières générations chrétiennes, la promulgation des décisions divines évoque la vision radieuse d’une humanité nouvelle née de la résurrection : la Jérusalem Céleste.

49

 

Apocalypse chapitre 8, verset 1.

 

1. Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure.

Un silence d’une demi-heure. Un silence religieux se fait autour de l’Agneau, Juge et Souverain : « Silence devant le Seigneur YHWH, car le Jour de YHWH est proche. » (Sophonie 1 :7).

L’avènement du Jour de YHWH, Jour terrible entre tous, par ces paroles vient d’être officiellement annoncé. Le Jour de la colère sera inauguré par une série de jugements qui vont frapper la Terre. Ils seront annoncés par les sonneries symboliques de sept trompettes. A la septième trompette, annonce sera faite de la première résurrection d’entre les morts, de la rédemption des vivants et de l’avènement des temps messianiques.

Tous ces événements se déroulèrent dans les derniers jours de l’ère judaïque (le temps de la fin) avant l’extinction de la première génération chrétienne :

« Cette génération ne passera pas, que tout cela n’arrive. » (Matthieu 24 :34 – Rappel)

 

Remarque. Lorsque le Temple  de Jérusalem fut détruit, il n’avait à vrai dire plus d’utilité car c’était la personne du Christ ressuscité qui était la véritable demeure de Dieu (cf. Jean 2 :19-22).

Le prophète Daniel prophétisa que cet état de fait serait entériné 1150 jours après la destruction du Temple de Jérusalem (cf. Daniel 8 :13-14). Or cette homologation fut l’investiture solennelle dont l’apôtre Jean vient de nous faire le récit.

Un calcul approximatif nous montrera que les trois événements : investiture royale du fils de l’homme, son retour et la résurrection du dernier jour se succéderont en quelques mois, de la fin de l’année 73 au début de l’année 74.

 

 

50

 

 

JEAN



Quatrième partie



LE JUGEMENT DES DERNIERS JOURS
 
(DE L’AN 70 A L’AN 74)

 

51

 

A l’époque apostolique la Bonne Nouvelle du Royaume fut comme on sait, proclamée par « toute la terre habitée » afin de servir de témoignage à toutes les nations (Matthieu 24 :14, Romains 1 :8).

Malheur à ceux qui s’opposeront à la libération du peuple que Dieu s’est acquis par le sang du Christ car ils seront exterminés (mort de l’âme) au Jour de la colère :

« Le Jour de YHWH arrive, Jour farouche, Jour de ressentiment et d’ardente fureur. Il réduira la terre en désert et en exterminera les pécheurs. Les étoiles et les astres des cieux perdront leur clarté. Les étoiles et les astres des cieux perdront leur clarté. Le soleil s’obscurcira en se levant, et la lune ne donnera plus sa lumière… J’ébranlerai les cieux et je secouerai la Terre sur ses assises… (Isaïe 13 :9-13).

Ce Jour terrible (qui durera jusqu’à la fin du 3ème siècle) débuta par la série de jugements qui mirent un terme à l’ère judaïque. Le Jugement commença par la maison d’Israël (cf. I Pierre 4 :17).

 

Le jugement d’Israël

 

Apocalypse chapitre 8.

 

7. Le premier Ange sonna. De la grêle et du feu mêlés de sang furent jetés sur la terre. Le tiers de la Terre fut brûlé et le tiers des arbres et toute verdure.

De la grêle et du feu. Ce châtiment rappelle l’une des plaies qui frappèrent l’Egypte au temps où Pharaon refusait de libérer les Hébreux qu’il retenait captifs (cf. Exode 9 :23-25).

De même à l’époque apostolique la malédiction divine frappa les Juifs qui s’opposèrent à la libération spirituelle de leurs frères. Privée de la grâce, leur âme devint comme un champ ravagé par la grêle, comme une terre calcinée par le feu. Elle devint incapable de produire les fruits de l’Esprit.

8. Le deuxième Ange sonna. Alors une énorme masse semblable à une montagne embrasée fut précipitée dans la mer, et le tiers de la mer devint du sang.

52

Montagne embrasée. Il s’agit de Rome. En effet le prophète Jérémie avait jadis comparé Babylone à une montagne embrasée (cf. Jérémie 51 :25). Or dans l’Apocalypse de Jean, Babylone, cité persécutrice désigne constamment Rome.

Précipités dans la mer. D’autre part, dans les écrits apocalyptiques, la mer désigne les foules, les peuples en proie à la violence. Telle était bien, dans les années qui précédèrent la chute de Jérusalem, l’état de Judée en pleine guerre civile.

L’énorme masse embrasée projetée dans la mer représente donc Rome qui, à l’apogée de sa puissance militaire, écrasa le peuple juif. (Exécution du premier décret divin)

9. Le tiers des créatures vivant dans la mer périt, et le tiers des navires périt.

Le Tiers périt. La mort éternelle frappa individus, légions, armées coupables de répandre injustement le sang innocent. Dans l’Apocalypse de Jean, la mort considérée comme châtiment est la mort éternelle.

10. Le troisième Ange sonna : il tomba du ciel une grande étoile semblable à une torche enflammée. Elle s’abattit sur le tiers des fleuves et des sources.

Il tomba une grande étoile. L’un des Anges déchus refoulés dans le voisinage terrestre (cf. Apocalypse 12 :7-9 – Rappel).

Fleuves et sources : Les courants de la pensée où s’abreuve la vie spirituelle, c'est-à-dire la parole de Jésus selon Jean 4 :14.

11. Le nom de cette étoile est Absinthe. Le tiers des eaux devint de l’absinthe et ces eaux firent périr beaucoup d’hommes car elles étaient devenues amères. (cf. Deutéronome 29 :18, Hébreux 12 :15).

Eaux amères. Selon une antique croyance juive, la femme qui tombait malade après avoir bu les « eaux amères » était convaincue d’adultère (cf. Nombres 5 :12-30).

53

Dans le texte de Jean, les sources de la spiritualité sont adultérées par des doctrines d’inspiration satanique. Ceux qui s’attachent à ces doctrines corrompues commettent un adultère spirituel susceptible de provoquer la mort de l’âme.

On observa dns les derniers jours de l’ère hébraïque, une adultération de la saine doctrine chez certains chrétiens (cf. I Timothée 4 :1-3).

Ils se laissèrent influencer soit par les Juifs (retour aux observances rituelles) soit par la dissolution des mœurs païennes (unions libres).

De nos jours, on peut citer comme exemple d’adultération de la saine doctrine, l’interdiction sectaire de sauver des vies humaines par la transfusion sanguine. Cette erreur spirituelle résulte de la méconnaissance de la parole de Dieu qui ordonne le respect de la vie de l’innocent et refuse les sacrifices humains.

12. Le quatrième Ange sonna. Le tiers du soleil fut frappé et le tiers de la Lune et le tiers des étoiles. Le jour perdit le tiers de sa clarté et la nuit de même.

Le tiers du soleil fut frappé… Ces ténèbres spirituelles dans laquelle s’enfonce le peuple juif caractérisent dans la lecture apocalyptique le Jour de la Colère : « Le Jour de YHWH arrive. Il est proche. Jour de ténèbres et d’obscurité, Jour de nuées et de brumes » (Joël 2 :1-2). C’est l’accomplissement de la prophétie de Jésus (Matthieu 24 :29 – rappel), c'est-à-dire l’exécution du 6ème décret divin (Apocalypse 6 :12 – rappel).

13. Je regardais et voici un aigle qui volait au zénith. Il clamait d’une voix retentissante : Malheur, malheur, malheur aux habitants de la Terre lorsque retentiront les trompettes des trois anges qui doivent encore sonner.

Un aigle qui volait au zénith : l’un des Exterminateurs (cf. Apocalypse 4 :9 – rappel). Le premier malheur va frapper le peuple juif. Il avait jadis été annoncé par le prophète Joël. Au chapitre 2 de son livre, verset s1 et 2, ce prophète décrit une invasion de sauterelles

54

dans un contexte apocalyptique qui fait de son récit une vision prémonitoire du Jour de la Colère.

Jean va compléter le récit de son prédécesseur et nous révéler qui sont en réalité ces ravageurs présentés par Joël sous l’aspect d’une armée de sauterelles.

Chapitre 9 :1. Le cinquième Ange sonna… Je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la Terre. On lui remit la clé de l’Abîme.

Une étoile : L’un des anges de Satan. (Rappel)

Abîme. Etat d’impuissance auquel Dieu avait jadis condamné les démons. Au sens figuré, séjour des démons. Ces créatures qu’il ne faut pas confondre avec les Anges de Satan, péchèrent aux jours qui précédèrent le déluge.

Ils s’installèrent sur la Terre, fondèrent une colonie et contractèrent avec les filles des hommes des unions, modifiant ainsi le patrimoine génétique des espèces (cf. Genèse 6 :2-4 et Jude 6 :7). Selon 2 Pierre 2 :4, les démons passeront en jugement. Quant à Satan et ses Anges, ils sont déjà condamnés à l’anéantissement (Matthieu 25:41).

2. Elle ouvrit le gouffre de l’Abîme. Il en sortit une fumée pareille à celle d’une immense fournaise. Le Soleil et l’air en fut obscurcis.

Elle ouvrit le gouffre de l’Abîme. Par la puissance de Satan, les démons sont libérés de l’Abîme de ténèbres dans lequel ils étaient plongés.

3. De cette fumée sortirent des sauterelles qui se répandirent sur la Terre. Il leur fut donné un pouvoir pareil à celui des scorpions de la terre.

Scorpions. Allusion parfaitement compréhensible lorsqu’on se rappelle que Jésus a comparé les démons à des serpents et des scorpions (cf. Luc 10 :18-19).

4. On leur dit d’épargner l’herbe de la terre, toute verdure et tout arbre et de ne s’attaquer qu’aux hommes qui n’auraient pas la marque du sceau de Dieu sur le front.

55

La marque du sceau de Dieu. Les 144 000 rescapés d’Israël sont divinement protégés, et à l’abri du pouvoir maléfique des démons. Prophétisant la prochaine déchéance de Satan, Jésus dit un jour à ses disciples : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. » Puis, faisant allusion au déchaînement des démons libérés par la puissance de Satan, Jésus expliqua : « En prévision de cela je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents et scorpions et toute la puissance de l’ennemi sans que cela puisse vous nuire (cf. Luc 10 :17-20).

5. On leur permit non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois.

Non de les tuer. Les démons n’ont pas le pouvoir de tuer l’âme car ce pouvoir n’appartient qu’à Dieu (cf. Matthieu 10 :28)

Mais de les tourmenter. Obsession démoniaque.

Pendant cinq mois. Cinq est la moitié de dix qui est le nombre de l’Homme. L’agression ne sera pas générale.

6. En ces jour-là, les hommes chercheront la mort mais ils ne la trouveront pas. Ils voudront mourir mais la mort les fuira.

Les versets qui suivent évoquent de manière saisissante les fantasmes qui hantent et torturent les obsédés.

7. Ces sauterelles avaient l’apparence de coursiers harnachés pour le combat. Elles avaient sur la tête comme des couronnes d’or, et leurs faces étaient pareilles à des visages d’hommes.

8. Leur chevelure faisait penser à celle des femmes et leurs dents étaient comme des crocs de lion.

9. Elles paraissaient cuirassées de fer, et le bruit de leurs ailes rappelait le vacarme des chars tirés par de nombreux chevaux se ruant au combat.

Remarque : L’agressivité, le pouvoir, l’intelligence, la séduction, la férocité, l’invincibilité, l’impétuosité de ces êtres sont présentés com-

 

56

 

me des apparences. En fait les obsédés sont torturés par les fantasmes que les démons font naître dans leurs cerveaux. Le pouvoir des démons n’existe qu’en raison de la faiblesse spirituelle de l’homme. Il est sans réalité pour ceux que Dieu protège. Loin d’être dominés par les démons, les disciples avaient le pouvoir de les chasser.

10. Elles avaient des queues munies de dards comme en ont les scorpions, et c’est dans leurs queues que résidait le pouvoir de torturer les hommes pendant cinq mois.

11. A leur tête était leur roi, l’Ange de l’Abîme. On l’appelle Abaddon en hébreu et en grec Apollyon.

Abaddon, Apollyon : le Ravageur.

12. Le premier malheur est passé. Voici les 2 autres qui accourent.

 

 

 

Le jugement des nations.

 

 

Apocalypse 9 :13. Le sixième Ange sonna. J’entendis alors une voix venant des quatre cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu.

L’autel d’or devant Dieu. La voix sort de l’autel des holocaustes pour indiquer que le sang des martyrs va être vengé.

14. La voix dit au sixième Ange portant la trompette : « relâche les quatre Anges enchaînés sur les bords du grand fleuve Euphrate.

Les quatre Anges : Les Exterminateurs (rappel).

L’Euphrate : le fleuve de Babylone.

15. Et les quatre Anges qui se tenaient prêts pour l’heure, le jour, le mois, l’année, furent relâchés afin d’exterminer le tiers des hommes.

57

 

Qui se tenaient prêts. Les Exterminateurs sont prêts pour le Jour de YHWH, ce Jour redoutable qu’avaient annoncé les prophètes. Ils sont à pied d’œuvre sur les bords de l’Euphrate. Cette précision géographique désigne Babylone comme étant la persécutrice du peuple saint. Or, Babylone est le nom apocalyptique de Rome. (cf. Apocalypse chapitre 18). Le châtiment va donc s’abattre sur Rome, nouvelle Babylone : « J’enverrai contre elle les Exterminateurs » avait prophétisé Jérémie contre la Babylone antique (Jérémie chapitres 50 et 51). Les exterminateurs vinrent de l’Orient. Ce furent les Perses et les Mèdes qui firent de la prestigieuse cité « un amas de ruines, un repaire de chacals, un objet de désolation et d’effroi. »

Dans la vision de Jean, le châtiment de Rome sera la mort éternelle pour ses habitants, persécuteurs, complices, ou indifférents.

16. Leur armée comptait deux myriades de myriades de cavaliers.  On m’en donna le nombre.

17. Voici comment m’apparurent en vision les chevaux et ceux qui les montaient. Les cavaliers portaient des cuirasses couleur de feu, d’hyacinthe et de soufre. Leurs chevaux avaient des têtes de lion et crachaient le feu, la fumée et le soufre.

Le feu, la fumée et le soufre sont comme à l’accoutumée des symboles de mort éternelle. Les versets suivants montrent que Rome restera maudite tant que dureront les persécutions.

18 – 21. Le tiers des hommes fut tué par ces trois fléaux, par le feu par la fumée et par le soufre qui sortaient de leur bouche. Car le pouvoir des chevaux était dans leurs bouches et dans leurs queues. Leurs queues étaient semblables à des serpents ayant des têtes, et c’est avec elles qu’ils faisaient du mal. Les autres hommes qui ne furent pas tués par ces fléaux ne se repentirent pas des œuvres de leur mains, de manière à ne point adorer les démons, les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois qui ne peuvent ni voir ni entendre ni marcher. Et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres ni de leurs enchantements, ni de leur impudicité ni de leurs vols.

58

Le mystère de Dieu.

 

Après avoir annoncé l’extermination des oppresseurs du peuple saint (6ème trompette du Jugement ), Jésus interrompt son récit afin de préparer le lecteur à la révélation des événements prodigieux qui s’accompliront lorsque retentira la sonnerie symbolique de la dernière trompette du Jugement : « Car le Seigneur lui-même, au signal donné par la voix de l’Archange et par la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement (I Thessaloniciens 4 :16 – Rappel).

 

Apocalypse chapitre 10.

1. Je vis un autre Ange puissant qui descendait du ciel, enveloppé d’une nuée, un arc en ciel au-dessus de la tête. Son visage resplendissait comme le Soleil, et ses jambes étaient comme des colonnes ardentes.

Son visage resplendissait, etc. A cause de cette description, on reconnaît l’Ange du Seigneur déjà présenté au premier chapitre de l’Apocalypse (cf. 1 :13-15). Cet Ange s’identifie à Christ qu’il représente. Il parle et agit en son nom. S présence équivaut à celle du Christ dont il est le messager. L’homme vêtu de lin du livre de Daniel (cf. Daniel 10 :5-6 et 12 :6) est également l’Ange du Seigneur ou le Seigneur lui-même avant sa venue dans la chair, ainsi que nous l’avons déjà remarqué.

Un arc en ciel au-dessus de la tête. Depuis Noé, l’arc en ciel est le signe d’une alliance universelle (universalité du salut)

2. Il avait à la main un petit livre ouvert. Il posa le pied droit sur la mer et le pied gauche sur la terre.

3. Et poussa un cri pareil au rugissement du lion. Lorsqu’il eut poussé ce cri, les sept tonnerres firent entendre leur voix.

Rugissement du lion. Selon Apo 5 :5, Jésus est le lion de Juda (rappel).

59

La voix des sept tonnerres est la voix de Dieu.

4. Quand les sept tonnerres eurent parlé, je m’apprêtais à écrire, lorsque j’entendis venant du ciel une voix qui disait : « Tiens secrètes les paroles des Sept tonnerres et ne les écrit pas. »

tiens secrètes les paroles… car le temps n’est pas encore venu de les révéler (cf. Apocalypse 22 :10). En effet, avant la résurrection du dernier jour, la Bonne Nouvelle du Royaume doit atteindre les extrémités de l’Empire romain. Effectivement sa proclamation fera l’objet du chapitre suivant, avant que ne retentisse la dernière trompette, celle qui annoncera la première résurrection d’entre les morts.

5. Et l’Ange que j’avais vu debout sur la mer et sur la terre, leva la main droite vers le ciel,

6. Et jura par Celui qui vit aux siècles des siècles, qui a créé le ciel et ce qu’il renferme, la mer et ce qu’elle renferme, qu’il n’y aurait plus de délai.

Leva la main droite vers le ciel et jura…

Comparer avec Daniel chapitre 12 verset 7 :

« J’entendis l’homme vêtu de lin qui se tenait en amont du fleuve. Il leva la main droite et la main gauche vers le ciel et jura par Celui qui vit éternellement que ces prodiges s’accompliraient dans un temps, des temps et la moitié d’un temps. »

En reprenant les paroles de Daniel, Jean relie ses propres révélations à celles de son prédécesseur. On se rappelle que Daniel avait annoncé que la première résurrection d’entre les morts aurait lieu 1290 jours après la destruction du Temple.

7. Mais qu’aux jours où l’on entendrait le septième Ange, quand il sonnerait de la trompette, alors s’accomplirait le mystère de Dieu, selon la Bonne Nouvelle qu’il en a donnée à ses serviteurs les prophètes.

Le mystère de Dieu.

a)    sa nature : Ce mystère qui ne fut révélé qu’à l’époque apostolique, est l’universalité du salut rendue possible grâce à la victoire de Jésus.

60

Cette doctrine fondamentale est développée dans les écrits de Paul et en particulier dans l’épître aux Ephésiens.

b) son accomplissement. Selon l’Apocalypse, le mystère de Dieu s’accomplira en trois temps :

-1-   la première résurrection d’entre les morts en l’an 74.

   Elle fut précédée du retour du Seigneur, marqua la fin de l’ère judaïque et l’avènement des temps messianiques.

-2-   la rédemption des vivants. Ce sera l’extraordinaire privilège des élus du Christ pendant toute la durée de l’ère chrétienne.

-3-   la seconde résurrection d’entre les morts, au Jugement dernier.

A ses serviteurs les prophètes. Le mystère de Dieu fut révélé aux prophètes chrétiens et non à ceux de l’Ancienne Alliance : « La connaissance de ce mystère n’a pas pu être donnée aux hommes des siècles passés comme elle vient d’être donnée maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes. » (Ephésiens 3 :5)

A l’époque apostolique les desseins secrets de Dieu furent donc révélés, mais les intérêts, les ambitions et les passions des hommes, en les adultérant, les ont souvent rendus peu intelligibles.

8. La voix que j’avais entendue et qui venait du ciel se fit entendre de nouveau : « Va et prends le petit livre qui est dans la main de l’Ange debout sur la mer et sur la terre.

9. J’allai vers l’Ange et le pria de me donner le petit livre. Il me dit : « Prends-le et mange-le. Il remplira tes entrailles d’amertume, mais dans ta bouche il sera doux comme le miel. »

10. Je pris le petit livre dans les mains de l’Ange et je le mangeai. Dans ma bouche il fut doux comme le miel, mais lorsque je l’eus mangé, il remplit mes entrailles d’amertume.

Il fut doux comme le miel. L’imminence de l’instauration du Royaume comble Jean de joie, mais l’annonce des souffrances de l’enfantement messianique le remplit d’appréhension et de tristesse.

61

11. Alors on me dit : « Il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois ».

sur beaucoup de peuples, de nations… La proclamation de la Bonne Nouvelle vaudra aussi bien contre les Juifs que contre les païens lorsque la septième trompette du Jugement se fera entendre.

 

 

Publication de la Bonne Nouvelle.

 

Jean vient d’apprendre l’imminence de l’instauration du Royaume. Il n’y a pas de temps à perdre car avant la résurrection du dernier jour, cette Bonne Nouvelle doit être proclamée dans « toute la terre habitée ».

Effectivement elle atteignit tous les centres importants de l’Empire avant même la fin de l’époque apostolique (Romains 1:8, Colossiens 1:6).

Le chapitre 11 de l’Apocalypse expose, sous le symbole des témoins, la mission et les prérogatives de ceux qui furent choisis par Dieu pour témoigner dans un monde hostile et dangereux.

 

Apocalypse chapitre 11

 

1. On me remit un roseau gradué et l’on me dit : « Va et mesure le sanctuaire de Dieu et l’autel et les adorateurs qui s’y trouvent.

2. Quant au parvis extérieur, laisse-le, ne le mesure pas car on l’a donné aux païens. Ils fouleront la ville sainte pendant 42 mois.

Mesure le sanctuaire de Dieu… Le but du témoignage est de sélectionner le peuple de Dieu (les adorateurs du sanctuaire) et de les séparer du monde (ceux qui sont sur le parvis extérieur) car le monde restera sous la malédiction divine tant que dureront les persécutions. Lorsque les persécutions auront cessé, alors seulement la malédiction qui pèse sur les peuples sera levée et ce sera l’avènement du règne de la Jérusalem Céleste.

62

La ville sainte représente par anticipation le peuple chrétien, les élus du Christ destinés à peupler Jérusalem Céleste.

42 mois. Nous avons déjà dit qu’après Daniel (cf. Daniel 12 :7), l’expression « un temps, des temps et la moitié d’un temps » ainsi que les expressions équivalents (trois ans et demi, 42 mois, 1260 jours) servirent à exprimer la détresse d’une époque (cf. Luc 4 :25, Jacques 5 :17, Apocalypse 12 :6).

3. J’enverrai mes deux témoins prophétiser, revêtus de sacs, pendant 42 mois.

!es deux témoins. Les hommes et les femmes que Dieu envoie chez les nations afin d’annoncer la Bonne Nouvelle, sont collectivement représentés par le symbole des deux témoins. Ce symbole est emprunté au prophète Zacharie. Dans le livre de ce prophète, les deux témoins sont Josué investi du pouvoir sacerdotal et Zorobabel revêtu du pouvoir royal (Zacharie chapitre 3 et 4). Ces deux témoins reconstruisirent le Temple après le retour de la captivité de Babylone.

Aujourd’hui les deux pouvoirs sont réunis entre les mains du Messie à la fois Messie-prêtre et Messie-roi (Zacharie 6 :13), car c’est lui qui construit le véritable Temple de Dieu (la Nouvelle Jérusalem).

En qualité de ministres du Christ, les apôtres et disciples sont investis du pouvoir sacerdotal (ils enseignent le vrai culte) et du pouvoir royal (la parole que Dieu met dans leur bouche a force de loi)

Dans l’Ancienne Alliance il fallait deux témoins pour qu’un témoignage fut irrécusable (cf. Deutéronome 19 :15). La double investiture du prophète confère à son témoignage une valeur qui ne saurait être contestée impunément.

Revêtus de sac : vêtements rudes et grossiers que les Hébreux portaient en signe de deuil et d’affliction.

Les massacres de 64 rendirent précaire l’existence des chrétiens.

4. Ce sont les deux oliviers et les deux candélabres qui se tiennent devant le Maître de la Terre.

63

Les deux oliviers. Les témoins sont comparés à des oliviers (arbres oléifères) parce qu’ils sont oints par l’esprit de Dieu, l’huile étant le symbole de l’Esprit Saint. La comparaison des témoins à deux candélabres relève du même symbolisme.

5. Si l’on s’avisait de les maltraiter, un feu s’échappant de leur bouche dévorerait leurs ennemis. Oui, qui s’avisera de les maltraiter devra périr ainsi.

Un feu s’échappant de leur bouche. Ici comme ailleurs, le feu est le symbole de la destruction éternelle. Le témoignage qui sort de la bouche du prophète opère contre tous les persécuteurs. Il équivaut à une sentence de mort (mort de l’âme).

6. Ils ont le pouvoir de clore le ciel afin qu’il ne tombe pas de pluie pendant les jours de leur témoignage. Ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang et le pouvoir de frapper la Terre de toutes sortes de fléaux aussi souvent qu’il leur plaira.

Afin qu’il ne tombe pas de pluie. La pluie qui féconde la terre représente évidemment les bénédictions divines.

L’eau changée en sang est l’image de la malédiction, car celui qui boit le sang est retranché (cf. Lévitique 7 :27). Le prophète a donc le pouvoir de répandre ou de suspendre les bénédictions divines, ainsi que le pouvoir de frapper les hommes de malédiction.

7. Quand ils auront rempli leur mission, la Bête qui monte de la mer leur fera la guerre, les vaincra et les tuera.

La bête qui monte de la mer : l’Empire romain contrôlé par Satan. La mer représente l’humanité agitée par ses passions.

8. Leurs cadavres seront exposés sar la place de la grande ville qui, allégoriquement est appelée Sodome et Egypte et qui est également appelée du nom du lieu où le Seigneur fut crucifié.

Grande ville. Rome est déclarée ville infâme (Sodome), meurtrière (Egypte). Elle est également persécutrice du Seigneur selon Matthieu 25 :40.

64

9. Des hommes de tous les peuples, de toutes les tribus, langues et nations verront leurs cadavres pendant trois jours et demi et ne permettront pas qu’on leur donne sépulture.

Trois jours et demi. Trois et demi est la moitié de sept qui exprime la plénitude qualitative et quantitative. Si la persécution de Néron en l’an 64 fut terrible, elle fut heureusement limitée.

Refus de sépulture. Aggravation de peine réservée aux criminels endurcis.

10. Les habitants de la Terre se réjouirent. Ils offrirent des cadeaux en signe d’allégresse parce que les prophètes les avaient tourmentés.

11. Passés les trois jours et demi, un souffle de vie entra en eux et ils se levèrent à la grande frayeur de ceux qui les virent.

Ils se levèrent. Après la sanglante persécution de l’Anti-christ en 64, la communauté chrétienne se reconstitua rapidement.

12. Une voix puissante leur cria du ciel : « Montez ici ! » et ils montèrent dans la nuée à la vue de leurs ennemis.

Ils montèrent dans la nuée : allusion à la résurrection des morts en l’an 74.

A la vue de leurs ennemis. La mort des martyrs ne sera plus vine. Leur foi gagnera les populations d’abord hostiles, ainsi que le confirme le verset suivant.

13. Il y eut à ce moment un grand tremblement de terre et le dixième de la ville s’écroula. Sept mille personnes périrent dans ce tremblement de terre.

Tremblement de terre. Les phénomènes telluriques symbolisent l colère de Dieu contre les hommes (rappel).

65

Sept mille périrent. Sept, nombre de la plénitude exprime que tous les persécuteurs et tous leurs complices à des degrés divers périrent (mort de l’âme).

Mille est le nombre de la multitude. La persécution de Néron contre la communauté chrétienne de Rome entraîna la mort éternelle d’une foule immense.

Cependant comme le verset précédent le laissait prévoir, le témoignage des martyrs ne resta pas sans effet et la foi nouvelle gagna des adeptes :

Les survivants remplis d’effroi rendirent gloire au Dieu du ciel.

14. Le second malheur est passé. Voici le troisième qui arrive.

Premier malheur. Jugement d’Israël. Parce qu’il a rejeté Jésus et la parole de ses apôtres, le peuple juif devient la proie des puissances des ténèbres qui effacent tout trace des bénédictions spirituelles que Dieu avait jusqu’ici répandues sur lui.

Deuxième malheur. Il s’abattra sur toute le Terre lorsque retentira la dernière trompette du Jugement. Comme la dernière trompette proclame la résurrection du dernier jour, il faut en conclure que bien peu trouvèrent grâce ce jour-là.

Remarque. On remarquera le parallèle que Jean établit entre les témoins de la chrétienté primitive et le prophète Elie :

· Comme Elie, les deux témoins ont le pouvoir de clore le ciel afin qu’il ne tombe pas de pluie. (I Rois 17 :1 et Apocalypse 11 :6)

· Ils ont le pouvoir de détruire leurs ennemis par le feu (2 Rois 1 :10 et Apocalypse 11 :5)

· A la fin de leur ministère ils sont comme Elie, enlevés dans les cieux (2 Rois 2 :11 et Apocalypse 11 :12).

Elle préfigurera la lignée des témoins chrétiens qui, à partir de Jean le Baptiste, furent les champions de la suprématie de Dieu et du triomphe du vrai culte.

66

L’enlèvement d’Elie dans le tourbillon fulgurant fut l’image de la résurrection des témoins chrétiens.

 

La résurrection du dernier jour. (De l'ère judaïque toujours !)

 

« A la dernière trompette les morts ressusciteront incorruptibles
et nous qui seront encore vivants, nous seront transformés. »
I Corinthiens 15 :52
 

15. Le septième Ange sonna : une acclamation immense s’éleva dans le ciel : « La maîtrise du monde est acquise à notre Dieu et à son Christ. Ils régneront aux siècles des siècles.

La maîtrise du monde est acquise… Au temps de la Loi, personne ni dans les cieux ni sur la Terre n’avait réussi à percer l’impénétrable secret de Dieu. Lorsque fut annoncée la fondation du Royaume de Dieu, les forces de Satan cherchèrent à le conquérir et à le dominer (cf. Luc 16 :16)

Apparemment Dieu laissait faire… Mais voici que l victoire du Christ sur la croix change tout car elle fait éclater au grand jour l forfaiture de l’Accusateur. Dès lors les Anges rebelles sont perdus.

Les événements qui stagnaient depuis des millénaires, soudain démarrent et se précipitent. En moins d’une génération d’homme, le Christ vainqueur est élevé à la seigneurie universelle. La Bonne Nouvelle du salut est annoncée au monde. Le noyau initial de la future chrétienté est formé, le judaïsme s’effondre. La guerre embrase les cieux. Satan et ses Anges sont chassés sur les marches de la Terre, et Dieu s’apprête à fonder son Royaume.

C’est lors qu’une acclamation immense s’élève dans le ciel : « La maîtrise du monde est acquise à notre Dieu et à son Christ, et ils régneront aux siècles des siècles. »

67

16. Et les vingt quatre Vieillards assis devant Dieu sur leurs trônes, tombèrent la face contre terre et adorèrent Dieu :

17. Nous te rendons grâce Seigneur Dieu tout-puissant, Toi qui es et qui étais, car Tu as manifesté Ta toute-puissance pour établir Ton règne.

Pour établir Ton règne. Les événements qui inaugurèrent le règne de Dieu et fondent son Royaume sont révélés aux versets suivants. Ce sont la résurrection du dernier jour et la moisson de l’époque apostolique.

18. Les nations se sont irritées et voici ta colère à toi, et voici venu le jour de juger les morts,

Les nations se sont irritées. Allusion au conflit judéo romain qui mit fin à l’existence nationale juive.

Voici venu le temps de juger les morts. C’est la résurrection du dernier jour qui avait été annoncée autrefois par le prophète Daniel : « Beaucoup (pas tous !) de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront. Les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte, pour l’opprobre éternelle » (Daniel 12 :2 – rappel)

Rappelons que la résurrection du dernier jour est appelée ainsi parce qu’elle mit définitivement fin à l’ère judaïque.

Le temps de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et tous ceux qui craignent ton nom, petits et grands,

Le temps de récompenser tes serviteurs…  Après la première résurrection d’entre les morts qui clôture l’ère judaïque, c’est l’ouverture des temps messianiques au cours desquels les vivants seront jugés : « Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire… il séparera les brebis d’avec les boucs. » (Matthieu 25:31-32 Rappel)

Arrivés au terme de leur voyage terrestre, les élus du Christ ne resteront plus dans la mort. Par la résurrection ils prennent possession du Royaume qui leur avait été préparé depuis la fondation du monde (rédemption des vivants).

68

et de détruire ceux qui détruisent la Terre.

Remarque. C’est là le troisième malheur qui devait frapper la Terre. Ceux qui détruisent la Terre ce sont les persécuteurs et tous les ennemis du Royaume. Tous ceux qui refusent le soutien d’un amour fraternel aux disciples de Jésus ont leur nom effacé du livre de vie (Psaume 69 :29). A plus forte raison en est-il de même pour les persécuteurs.

Les disciples du Christ et leurs persécuteurs ont ceci en commun : leur destin est décidé ici-bas. Ils ne passeront pas en jugement au Jour du Jugement dernier.

19. Alors s’ouvrit le Temple de Dieu dans le ciel, et l’Arche d’Alliance apparut dans le Temple. Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre et une forte grêle.

Alors s’ouvrit dans le Temple de Dieu. Cela signifie que la voie qui mène à Dieu est libre.

L’arche d’Alliance apparut dans le Temple. Selon l’apôtre Paul cette Arche est le symbole d’une Alliance nouvelle et universelle que Dieu offre à tous les hommes (cf. Hébreux chapitre 9).

Par conséquent l’apparition de l’Arche est le signe de l’avènement des temps messianiques qui seront des temps de salut pour quiconque cherchera en Christ la voie qui mène à Dieu.

Et il y eut des éclairs, des voix… signes habituels traduisant la présence (éclairs, voix, tonnerres) et la colère de Dieu (tremblement de terre et grêle).

 

69

 

70

 

 

 

 

 

Cinquième partie

LE TEMPS DES NATIONS.

71
Israël et le temps des nations.

 

« Les temps sont accomplis. Le Royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » (Marc 1 :15)

Tel était le message que les disciples annoncèrent au monde au lendemain de la résurrection du Maître.

On sait que cette Bonne Nouvelle fut accueillie avec beaucoup plus de ferveur par les Gentils que par les Juifs. Israël était bien décidé à ne pas reconnaître le Messie que Dieu lui avait envoyé. Il voulait un Messie nationaliste qui débarrasserait la Palestine des païens impies, fondrait un royaume théocratique terrestre et établirait la domination d’Israël sur les nations.

En l’an 70 de notre ère, deux peuples se réclament du même Dieu : le peuple juif tenant de l’Ancienne Alliance et le peuple chrétien champion de l’Alliance Nouvelle. Le désastre de 70 tranche le différend car Israël est rayé de la carte des nations. Dieu ne pouvait se contredire en laissant se prolonger une époque révolue. En ruinant l’influence juive, l’effondrement de la nation d’Israël eut pour effet de délivrer le christianisme naissant de la tutelle des judéo-chrétiens très attachés à la loi rituelle que l’apôtre Paul avait si opiniâtrement combattue. Désormais le gentil put se faire chrétien sans se faire juif par la même occasion.

Ainsi la foi nouvelle obtint son autonomie et devint une religion universelle. A la fin de l’époque apostolique le recrutement chrétien s’opère presque exclusivement  chez les païens. Tandis que le peuple juif s’enfonce dans son refus, le Dieu d’Israël part à la conquête du monde afin que s’accomplissent les antiques prophéties :

« Beaucoup de nations s’attacheront à YHWH en ce temps-là et deviendront son peuple. » (Zacharie 2 :11)

« Il arrivera dans la suite des temps que la montagne (la Sion mystique) où sera bâtie la demeure de YHWH (la Jérusalem Nouvelle) se dressera au-dessus de toutes les montagnes, qu’elle dominera tous les sommets, et les nations s’y rendront en foule. » (Isaïe 2 :2)

72

En conclusion, nous devons considérer que les événements de 70 furent les signes visibles de la fin de l’Alliance mosaïque : au temps d’Israël désormais accompli, succédait le temps des nations ou le temps des Gentils qui sera appelé « ère chrétienne ». Le peuple juif, seul peuple revêtu jusqu’alors de la pourpre royale et du lin fin de la justice, mourait à sa condition de riche devant Dieu, alors que Lazare entrait dans le giron d’Abraham, le père des croyants.

 

(Etonnante) Parabole de Lazare
 
Luc chapitre 16.

 

19. Il y avait un riche revêtu de pourpre et de lin fin. Il menait joyeuse vie.

Il y avait un riche. Au temps de Jésus, Israël, peuple dépositaire de la Loi et des oracles de Dieu, était le seul parmi tous les peuples qui fût riche de la grâce de Dieu.

20. Un pauvre nommé Lazare, couvert d’ulcères était couché à sa porte.

Un pauvre. Face à l’opulence du riche, éclatait l’indigence spirituelle du Gentil, sans espérance et sans Dieu dans le monde (Ephésiens 2 :12), moralement infirme, considéré comme impur par le Juif qui refusait de l’admettre à sa table.

21. Il espérait se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche. Les chiens compatissants venaient lécher ses ulcères.

Se rassasier des miettes. La grâce de Dieu était réservée aux Juifs et les païens n’en recevaient les miettes que par exception. C’est ce qu’illustre l’anecdote de la Cananéenne dont  Jésus hésite à guérir la fille « parce qu’il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens ». (Matthieu 15 :21-28)

73

 

22. Or, le pauvre mourut et il fut emporté par les Anges dans le Giron d’Abraham. Le riche aussi mourut et on l’enterra.

Le pauvre mourut. Le jour vint où le Saint Esprit descendit sur un Gentil, homme juste nommé Corneille. (cf. Actes chapitre 10). Ce jour-là marqua la mort de la gentilité à sa condition de pauvre et d’infirme devant Dieu. (Lazare = Dieu a secouru)

Le Gentil élevé à la dignité de descendant spirituel, entre dans le giron d’Abraham, le père de tous les croyants. Désormais tous sont riches dans le Seigneur du moment qu’ils croient. (cf. Colossiens 3 :11 et Romains 10 :12).

Le riche aussi mourut. Au cours de l’époque apostolique, il apparut très vite qu’Israël qui cherchait la justice dans la Loi, ne parvenait pas à la justification, alors que Lazare était justifié par la foi (cf. Romains chapitres 9, 10, 11, et Actes 13 :46). Pleins de zèle pour la Loi mais sans intelligence (cf. Romains 10 :2), Israël refusa la grâce venue par le Sauveur (cf. Jean 1 :17). C’est pourquoi le peuple juif, l’homme riche de la terre, mourut à sa condition de riche devant Dieu

23. Dans le séjour des morts il leva les yeux. En proie aux tourments, il vit de loin Abraham. Lazare était auprès de lui.

En proie aux tourments. La catastrophe nationale juive de l’an 70 fut rendue plus lourde à supporter par le fait que la destruction du Temple rendait pour toujours impossible le culte sacrificiel. Israël s’enfonçait dans le grand silence de Dieu et chacun eut conscience d’entrer dans une ère de disgrâce.

24. Alors il s’écria : « Père Abraham, aie pitié de moi. Envoie Lazare tremper dans l’eau le bout du doigt pour me rafraîchir la langue car je souffre cruellement dans ces flammes. »

Car je souffre cruellement. Parce qu’il a rejeté la faveur divine, Israël chassé de sa terre, privé de son Temple, peuple sans défense, en butte à la haine des nations, sert un Dieu muet. Avili, méprisé, persécuté, il n’obtint pas miséricorde de ceux qui se disent chrétiens. Dans son lieu de tourment il n’obtient pas la goutte d’eau qui pourrait rafraîchir ses lèvres et apaiser ses tourments.

74

 

25. Mon enfant, répondit Abraham, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie et que Lazare a eu ses maux pendant la sienne. Il trouve maintenant la consolation, et toi tu trouves la souffrance.

26. D’ailleurs il y a entre nous et vous un abîme de sorte qu’on ne peut passer de nous vers vous et de vous vers nous.

Un abîme. Comme on le sait, le fossé d’incompréhension qui se creuse entre chrétiens et juifs devint rapidement un gouffre infranchissable de peur et de haine.

27. Alors l’ex-riche  supplia : « Père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père car j’ai cinq frères.

28. Il pourra ainsi leur rendre témoignage afin qu’ils ne viennent pas en ce lieu de tourments.

Témoignage. Lorsque le Bonne Nouvelle parvint aux frères de la Diaspora (cinq est la bilocation de dix qui est le nombre de l’homme), beaucoup la rejetèrent ainsi que l’avaient rejetée les juifs de Palestine.

29. Mais Abraham répondit : « Ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent ! »

Ils ont Moïse et les prophètes. En effet, Moïse et les prophètes annoncèrent la venue du Messie.

30. Cependant père Abraham, dit l’ex-riche, si quelqu’un des morts va les trouver, ils se repentiront.

31. Ce à quoi Abraham fit remarquer : « Du moment qu’ils n’écoutent ni Moïse ni les prophètes, ils ne croiront pas, quand bien même quelqu’un ressusciterait d’entre les morts.

Quand bien même quelqu’un ressusciterait d’entre les morts. Jésus prophétise ici l’incrédulité dont les juifs feront preuve à l’annonce de la résurrection.

 

75

 

La fin des temps des nations (de l'ère chrétienne)

 

La parabole prophétique de Lazare est transparente. Seuls ne la comprennent pas ceux qui ont quelque raison de ne pas vouloir comprendre. Cette parabole fit connaître au monde il y a vingt siècles, quel serait le destin terrestre du peuple juif s’il n’acceptait pas le Messie.

Il ne faudrait pas cependant croire que Dieu a rejeté ce peuple. En effet, tous étant pécheurs, les gens des nations comme les juifs, la justice de Dieu exigeait que si miséricorde était faite aux uns (les païens), elle fut faite aux autres (les juifs) car les mérites des uns n’étaient pas supérieurs aux mérites des autres (cf. Romains 11 :30-32).

Plein de zèle pour la Loi, mais sans intelligence (Romains 10 :2 – rappel), Israël était victime d’un préjugé tenace : il attendait d’emblée un Messie fracassant et conquérant alors que vint un Messie humble et souffrant. Réformé pour inaptitude, le peuple juif fut exclu de la royauté messianique. Car ne reconnaissant pas le Messie, comment aurait-il pu partager son règne ?

Lorsque le nombre des élus du Christ, la Jérusalem nouvelle, sera complet, alors le temps des nations prendra fin et la mise à l’écart d’Israël deviendra sans objet.

Or, le signe qui devait annoncer l’accomplissement du temps des nations est apparu. Ce fut la libération de Jérusalem en 1967. En effet, lorsqu’il annonça la ruine de Jérusalem et la destruction de son Temple, Jésus prophétisa ainsi sur le destin du peuple juif :

« Il y aura grande détresse dans ce pays et colère contre ce peuple. Ils seront passés au fil de l’épée, emmenés captifs dans toutes les nations et Jérusalem restera foulée aux pieds des nations jusqu’à ce que soit révolu le temps des nations. » (Luc 21 :24)

Ainsi, deux sonneries retentissantes avertirent les hommes des limites du temps de salut que Dieu accordait aux peuples de la Terre.

La première fut la chute de Jérusalem et la destruction de son temple en 70. Elle sonna le glas du judaïsme et annonça l’ouverture officielle du temps des nations (l’ère chrétienne).

La seconde fut la libération de la Cité du roi David en 1967. Ce fut la sonnerie d’alarme qui annonçait le crépuscule des nations.

76

Le peuple juif est donc aujourd’hui réintégré dans la grâce de Dieu cependant que s’achève la moisson de l’ère messianique.

De même jadis, à l’époque apostolique, les gens des nations jusque là exclus de l’alliance, étaient admis dans la grâce de Dieu tandis que s’achevait la moisson de l’ère judaïque.

Lorsque la terre et les cieux terrestres disparaîtront avec fracas de devant la face de Dieu (fin du monde), alors Dieu se souviendra du peuple qu’il avait écarté. Les justes d’Israël se réveilleront. Ce sera la seconde résurrection d’entre les morts au Jour du Jugement dernier (cf. Apocalypse 20 :12). Mais aucun de ces justes n’aurait pu être sauvé sans la victoire du Christ qu’ils ont rejeté. Car seule cette victoire avait le pouvoir de libérer l’homme. C’est ce que Paul nous révèle lorsqu’il fait allusion à la résurrection des justes d’Israël, selon l’intelligence particulière qu’il avait reçue de l’Ecriture :

« De Sion (la montagne mystique de la Jérusalem céleste) viendra le libérateur. De Jacob (Israël), il effacera les impiétés. Telle sera la splendeur de mon alliance avec eux (le peuple juif) lorsque j’enlèverai leurs péchés » (Romains 11 :26-27).

La résurrection des justes d’Israël sera une bénédiction pour tous les justes de toutes les nations, du moins pour ceux d’entre eux qui ne réussirent pas à trouver pendant leur vie terrestre le chemin qui menait à Dieu. C’est ce que l’apôtre Paul révèle dans l’épître aux Romains :

« Si la faute des juifs  fait la richesse du monde et si leur déchéance a fait la richesse des païens, que ne sera leur totale participation au salut !... Si en effet leur mise à l’écart a été la réconciliation du monde (avec dieu) que ne sera leur admission sinon une résurrection d’entre les morts ? (Romains 11 :12 et 15).

Ainsi, la résurrection des justes d’Israël au Jour du Jugement dernier entraînera celle des gens des nations qui pratiquèrent la justice sans connaître Christ. Tel est le rôle que Dieu, dans sa sagesse, assigna aux enfants d’Israël dans l’œuvre du salut universel.

Cette remarque explique la permanence de ce peuple à travers les vicissitudes de l’Histoire.

77

Le peuple de Dieu et le monde païen.

 

On se rappelle qu’aussitôt après les jours de détresse que le peuple juif connut en 70, un combat engagé dans les espaces sidéraux aboutissait à la défaite de Satan. Le prince de ce monde et ses Anges étaient refoulés au-delà des frontières célestes jusqu’aux marches de la Terre.

Alors la lutte se poursuivit ici-bas. Sous l’influence occulte de Satan, le pouvoir romain livre combat au peuple chrétien. La persécution bien que coupée d’accalmies devient systématique et s’étend à toutes les provinces de l’Empire. Dans le conflit qui l’oppose à Rome, la chrétienté naissante semblerait devoir être perdante. La simple comparaison des forces matérielles qui s’affrontent laisserait prévoir l’anéantissement du christianisme.

Avant que le Fils de l’homme puisse établir sa domination sur la Terre, il devra d’abord neutraliser Satan et démanteler son organisation terrestre. Alors les persécutions cesseront.

Au premier siècle de notre ère, l’apôtre Jean qui reçut ses révélations vers l’an 69, brossa le tableau prophétique de cette sombre période de l’histoire chrétienne. Il annonça qu’après Néron, les persécutions reprendraient. Il prophétisa la chute de Rome, la désagrégation de l’Empire romain et la victoire finale de la chrétienté. (Apocalypse chapitres 13 à 17)

Ces révélations étaient nécessaires. Car il fallait que le peuple chrétien ne se sentît pas abandonné lorsque la persécution viendrait. Il fallait qu’il sût qu’il triompherait contre toute attente.

Ce chapitre de l’histoire des rapports de la chrétienté primitive avec Rome est trop connu pour qu’il soit nécessaire de s’y attarder longuement. Les chapitres 13 à 17 de l’Apocalypse de Jean ne seront donc pas étudiés dans le présent ouvrage.

Toutefois il m’a paru intéressant de tirer parti des lumières que le prophète Daniel projeta jadis sur l’antinomie irréductible qui opposerait le peuple de Dieu au monde païen.

Ce prophète qui vivait comme on le sait au 6ème siècle avant Jésus, révéla que l’empire romain serait le dernier empire oppresseur avant l’avènement du règne messianique.

 

78
 
Le songe prophétique de Daniel.
 
Livre de Daniel, chapitre 7.

 

Dans ce songe prophétique, les royaumes dominateurs sont présentés sous l’apparence de bêtes féroces. Ils sont au nombre de quatre : Babylone, l’empire médo perse, l’empire d’Alexandre et l’empire romain.

7. Je regardais pendant ma vision nocturne et je vis un quatrième animal, redoutable, terrible, d’une force colossale. Ses dents étaient d’acier. Il dévorait, broyait et foulait aux pieds ce qui pouvait subsister. Il était différent des autres bêtes et possédait dix cornes.

Un quatrième animal. Il s’agit nécessairement de l’empire romain, quatrième empire persécuteur depuis la première destruction du Temple par les babyloniens en 586 avant J-C.

Il possédait dix cornes. Dix est  le nombre de l’homme (Rappel). Les dix cornes représentent selon Apocalypse 17 :12, les gouverneurs des provinces de l’empire et les rois vassaux des pays « protégés ».

8. J’observais ces cornes et voici qu’une autre corne plus petite sorti du milieu d’elles. Trois des premières cornes furent arrachées pour lui faire place. Cette corne avait des yeux pareils à des yeux d’homme et une bouche qui parlait avec arrogance.

Une petite corne. C’est Rome, capitale de l’empire et maîtresse du monde. Elle fait et défait les rois (trois cornes furent arrachées). Le chiffre trois a valeur superlative. Il exprime l’emphase, ou implique l’idée d’abondance et de pléthore (Rappel).

9. Je regardais et voici que des trônes furent installés. L’Ancien des jours prit place. Ses vêtements étaient blanc comme neige et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure. Son trône était comme une flamme de feu et les roues de son trône comme un foyer ardent.

L’ancien des jours. Dieu évidemment.

79

Les roues de son trône. Traduction incertaine.

10. Un fleuve de feu jaillissait et coulait devant lui. Mille milliers d’Anges le servaient et des myriades se tenaient devant lui. Les juges s’assirent et des livres furent ouverts.

Un fleuve de feu jaillissait et coulait devant lui. Allusion à Exode 19 :18 : « La montagne était pleine de fumée parce que YHWH y était descendu au milieu du feu. La fumée s’en élevait comme d’une fournaise et la montagne entière tremblait avec violence. »

Les juges s’assirent. Êtres célestes réunis en cours de justice afin de trancher le différend qui oppose Rome aux saints du Très-Haut. Le jugement sera rendu aux versets 26 et 27.

Verset 26 : Rome est condamnée. Sa domination est détruite à jamais.

Verset 27 : La domination du monde est donnée aux saints du Très-Haut.

11. Je regardais encore, impressionné par les paroles arrogantes de la corne, lorsque l’animal fut tué, et son corps livré au feu pour y être détruit.

L’animal fut tué. A la fin du 3ème siècle, Tome (la petite corne) n’est plus la capitale. Sa suprématie a pris fin. A la fin du 4ème siècle elle est prête pour l’invasion. Sa déchéance est consommée. En 476 l’Empire s’effondre : la Bête est morte.

12. Aux autres animaux la domination fut enlevée, mais une prolongation de vie leur fut accordée pour un temps déterminé.

Pour un temps déterminé. Les jours des nations sont donc comptés. Après l’effondrement de l’empire romain, les nations obtinrent un sursis à titre précaire et révocable. Elles seront détruites à la fin des temps messianiques, comme nous le verrons d’ailleurs plus loin. Ce sera la fin du monde.

80

13. Je regardais encore pendant mes visions nocturnes, et je vis comme un Fils d’homme arrivant sur les nuées des cieux. Il s’avança jusqu’à l’Ancien des jours. On le fit approcher de lui.

Un fils d’homme. La postérité de la Femme, celui qui écrasera la tête du Serpent. Dans le Livre de Daniel, cette figure reste indéterminée (il est dit « un Fils d’homme » et non « le Fils de l’homme », expression qui désigne Jésus). L’identité de ce Fils d’homme appartient au mystère de Dieu et ne sera révélée qu’à la venue de Jésus.

14. On lui donna la gloire, la puissance et la royauté. Des hommes de tous les peuples, de toutes les nations et de toutes les langues le serviront. Sa domination sera éternelle. Elle ne passera point et son règne ne sera jamais détruit.

On lui donna la royauté. Le règne du Messie succèdera au règne de Rome (par conséquent vers la fin du 3ème siècle).

Tous les peuples le serviront. Allusion à l’universalité du salut qui est le signe du Fils de l’homme.

15. Moi, Daniel, je fus intérieurement troublé par ces visions qui me remplirent d’effroi.

16. Je m’approchais de l’un des Anges présents et je lui demandai ce que cela signifiait. Il m’en donna l’explication.

17. Ces quatre bêtes monstrueuses me dit-il, ce sont quatre royaumes qui sortiront de la terre.

18. Mais les saints du Très-Haut recevront le Royaume et ils le posséderont à jamais et pour l’éternité.

Recevront le Royaume. On pourrait croire que ce Royaume est terrestre et c’est bien ce que les Juifs crurent, comme je l’ai plusieurs fois fait remarquer. Cependant il est difficile d’admettre qu’un royaume terrestre puisse être éternel.

 

81

19. Je voulus ensuite savoir la vérité sur la quatrième animal qui était différent des autres, qui possédait une force extraordinaire, qui avait des dents d’acier et des griffes d’airain, qui dévorait, broyait et piétinait ce qui subsistait.

20. Je voulus encore connaître la vérité sur les dix cornes et sur l corne devant laquelle trois cornes étaient tombées, qui avait des yeux et une bouche parlant avec arrogance et qui avait plus de prestance que les autres.

21. J’avais vu cette corne faire la guerre aux saints et les vaincre,

22. Jusqu’au moment où l’ancien des jours vint faire droit aux saints du Très-Haut et om le temps arriva pour les saints d’entrer en possession du royaume.

23. L’Ange me parla ainsi : le quatrième animal représente un quatrième royaume différent de tous les autres. Il dévorera toute la Terre, la foulera aux pieds, la broiera.

24. Et les dix cornes, ce sont dix rois qui se lèveront de ce royaume. Un autre se lèvera après eux. Il sera différent des premiers et il abaissera trois rois.

25. Il proférera des blasphèmes contre le Très-Haut et opprimera ses saints. Il méditera de changer les temps et la Loi. Les saints seront livrés entre ses mains pour un temps, des temps et la moitié d’un temps.

Il méditera de changer les temps et la Loi. Le pouvoir romain prétendit imposer sa paix au monde (pax romana) et élever le loyalisme civique à la hauteur d’un devoir religieux.

26. Mais le jugement sera rendu : la domination lui sera enlevée, détruite, anéantie à jamais.

La domination lui sera enlevée : fin de la suprématie de Rome vers la fin du 3ème siècle. A la fin du 4ème siècle, Rome était prête pour l’invasion et la ruine (rappel).

82

 

La déchéance de Rome fut le signe visible qui marque l’avènement du règne messianique.

27. Alors le pouvoir, la suprématie et la gloire des royaumes qui sont sous les cieux seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Leur royauté est éternelle et les dominateurs les serviront et leur obéiront.

Le pouvoir, la suprématie seront donnés aux saints du Très-Haut. C’est l’avènement du règne messianique que l’on peut situer vers la fin du 3ème siècle ou le début du 4ème siècle.

La domination est donnée au Fils de l’homme et à ses élus ressuscités, la Jérusalem nouvelle. Ils régneront sur la terre avec un sceptre de fer, ne permettant pas que les puissants de ce monde fassent obstacle au Royaume :

« Au vainqueur, à celui qui me sera fidèle jusqu’à la mort, je donnerai pouvoir sur les nations. Il les mènera avec un sceptre de fer et les fracassera comme on fracasse des pots de terre, ainsi que j’en ai moi-même reçu le pouvoir de mon Père. » (Apocalypse 2 :27)

Le règne millénaire ne sera donc pas un règne de paix. Rois, princes et dominateurs seront entre les mains du Messie souverain les marionnettes inconscientes du drame qui se jouera et qui aura pour enjeu la promotion du Royaume.

La gloire des royaumes sera donnée… Nous lisons dans l’Apocalypse de Jean à propose de la Jérusalem céleste : « On y apportera la gloire et le faste des nations. » (Apocalypse 21 :26). Or la gloire et le faste des nations sont les élus comme on peut le voir au verset suivant (Apocalypse 21 :27)

On voit donc que la prolongation de vie accordée aux nations fut motivée par la volonté de Dieu d’accroître le nombre des élus du Christ jusqu’à ce que la Jérusalem céleste atteigne la plénitude.

Le maintien provisoire d’un monde corrompu était un mal nécessaire car la sélection d’une humanité supérieure (la gloire des nations) était à ce prix.

 

83

 

Il viendra un jour où le monde d’à présent avec ses systèmes politiques iniques ou impuissants devra disparaître et céder la place à l’humanité nouvelle, selon qu’il est écrit :

« Au temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un Royaume qui ne sera jamais détruit. Il ne passera pas sous la domination d’un autre peuple. Il écrasera et anéantira tous les autres royaumes et lui-même subsistera éternellement. » (Daniel 2 :44)

 

La victoire des saints du Très-Haut.
 
Apocalypse chapitre 20.

 

 

Suite aux révélations du prophète Daniel, l’apôtre Jean dans le texte que nous allons étudier, reprend pour les compléter les révélations de son prédécesseur.

1. Je vis ensuite un Ange qui descendait du ciel. Il tenait à la main les clefs de l’Abîme et une énorme chaîne.

Je vis ensuite. Au chapitre précédent (chapitre 19, versets 11 à 20), Jean vient de décrire l’effondrement de l’empire romain.

2. Il saisit le Dragon, le Serpent antique qui est le Diable et Satan et il l’enchaîna pendant 1000 ans.

Il l’enchaîna. Son organisation terrestre étant détruite, le chef des Anges rebelles est neutralisé. Il restera dans l’incapacité de fourvoyer les nations pendant les mille ans symboliques du règne du Christ.

Mille ans. Longue période de durée indéterminée. Ainsi dit-on mille-pattes, mille façons, mille fois, etc. Voir aussi le symbolisme de ce nombre dans Exode 20:6,    job 9:3,  psaume 84.11, 91.7 et 119.72  ecclésiaste 7.28,   esaïe 30.17
3. Il le jeta dans l’abîme et scella l’entrée afin qu’il ne put fourvoyer les nations avant la fin des mille ans. Après cela il doit être relâché pour un peu de temps.

 

84

 

Abîme. Les Anges rebelles avaient, au premier siècle de notre ère, libéré les démons prisonniers de l’abîme. A leur tour ils sont réduits au même état d’impuissance et le resteront pendant toute la durée du règne messianique. Cette remarque montre qu’il ne faut pas confondre les Anges rebelles et les démons.

Remarque. Si l’on s’en tenait à la prophétie de Daniel, on pourrait croire que le peuple des saints du Très-Haut est un peuple de la Terre. Par exemple il pourrait être le peuple juif qui, débarrassé de l’occupant étranger, aurait mission d’établir la domination d’Israël sur le monde et de promouvoir le règne de Dieu sur la Terre. Dans les deux versets qui suivent, Jean va nous montrer qu’il n’est rien de tel.

4. Puis je vis des trônes. A ceux qui s’y assirent fut remis le jugement.

Puis je vis des trônes. Vision rétrospective de la Cour de justice qui, dans les prophéties de Daniel, avait eu la charge de trancher le différend qui opposait les saints du Très-Haut à la Bête romaine : « Je regardais et voici que des trônes furent placés… Les Juges s’assirent et des livres furent ouverts. » (Daniel 7 :9-10. Rappel)

       Nous voici donc revenus quelques siècles en arrière, au temps des persécutions.

Et je vis les âmes de ceux qui furent décapités pour avoir cru à la parole de Dieu. Je vis aussi les âmes de ceux qui refusèrent de recevoir les marques de la bête sur le front et sur la main. Ils reprirent vie et régnèrent avec Christ pendant mille ans.

Ils reprirent vie. Nous savons en effet que les élus du Christ ne restent pas dans la mort. Tous ces chrétiens reprirent donc vie et c’est l’humanité nouvelle née de la résurrection (la Jérusalem nouvelle) qui régnera avec Christ pendant les mille ans symboliques. Ainsi s’accomplit la prophétie de Daniel : « …le pouvoir, la suprématie et la gloire des royaumes qui sont sous les cieux seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. » (Daniel 7 :27. Rappel)
mille ans Pendant l'ère chrétienne le Christ et ses frères ressuscités ne règnent que pendant les mille ans durant lesquels Satan est lié (Apo 20:2)

85

5. C’est la première résurrection. Les autres morts ne revinrent pas à la vie avant la fin des mille ans.

Les autres morts. C'est-à-dire ceux qui ne parvinrent pas à trouver en Christ la voie qui menait à Dieu. Ils seront jugés sur leurs œuvres, ainsi que nous le verrons plus loin, au Jour du Jugement dernier. Ceux dont le nom ne fut pas effacé du Livre de vie ressusciteront à leur tour. Les autres resteront dans la mort.

Rappelons que pendant la durée des temps messianiques, seuls les élus passent sans attendre de la vie terrestre à la vie céleste afin de partager le règne du Fils de l’homme.

6. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a pas de prise sur eux. Ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.

La seconde mort ou mort de l’âme par opposition à la mort corporelle ou mort adamique.

« …craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. » (Matthieu 10 :28).

La mort du corps terrestre est le lot de tous les hommes et fut celui de Jésus.

La mort de l’âme est le refus par Dieu de ressusciter les fauteurs d’iniquité dont l’existence ruinerait la paix et l’harmonie dans le Royaume. Leur formule génétique est détruite et tout espoir de résurrection est ainsi anéanti.

La seconde mort n’a pas de prise sur les élus, c'est-à-dire que la résurrection leur garantit l’immortalité.

Ils régneront avec lui. En sa qualité d’Epouse spirituelle du Christ, l’humanité nouvelle rachetée par Christ partage avec l’Epoux les biens de la communauté. Elle régnera sur la Terre avec Christ jusqu’à l’achèvement du règne messianique millénaire.

86
 
JEAN


Sixième partie.



L’ERE MESSIANIQUE
 
87

 

Après la chute de Rome et la neutralisation de Satan, les élus du Christ prirent possession de leur règne.

Comme nous l’avons déjà fait remarquer, ce règne fut loin d’être pacifique. Les nations qui s’opposèrent à Dieu et son Messie furent fracassées, taillées en pièces. Le nom des fauteurs d’iniquité fut à jamais effacé du Livre de Vie (cf. Apocalypse 20 :15)

Mais si le règne messianique fut sans pitié envers les ennemis du Royaume, il fut par contre une ère de prospérité spirituelle et de salut pour les hommes de bonne volonté.

Jean réserve la description des splendeurs du règne messianique pour les derniers chapitres de son livre afin de terminer sur une vision d’apothéose. Ce sont ces chapitres que nous allons étudier maintenant.

 

 

 

Avènement du règne messianique.
 
 
Apocalypse chapitre 21.

 

 

2. Puis je vis la Cité sainte, Jérusalem nouvelle. Elle descendait d’auprès de Dieu, parée comme une épouse qui s’est faite belle pour son époux.

Jérusalem nouvelle. Au règne de Rome qui dominait la terre, succède le règne des fidèles compagnons de l’Agneau. La nouvelle Jérusalem, Cité sainte de Dieu, est l’antithèse de Rome, la cité de Satan. C’est elle qui désormais dominera la Terre jusqu’au moment où Satan se déchaînera de nouveau, à la fin du règne millénaire.

Cité sainte. Cette expression doit être réservée à la Jérusalem terrestre qui n’était qu’une préfiguration grossière et imparfaite de la Jérusalem céleste.

 

88

 

3. Alors j’entendis venant du trône, une voix puissante qui disait : Voici la Demeure de Dieu avec les hommes ! Il habitera au milieu d’eux. Ils seront son peuple et Lui, Dieu, sera leur Dieu.

Voici la Demeure de Dieu. C’est ici qu’il faut faire attention pour bien comprendre : l’humanité nouvelle née de la résurrection est la Demeure de Dieu. Cela veut dire que l’homme nouveau est habité par l’Esprit de Dieu. Il est théophore (porteur de l’Esprit) comme le sont aussi « les Sept esprits de Dieu », c'est-à-dire les Anges de la Présence.

La présence de la nouvelle Jérusalem est un lieu équivaut donc à la présence de Dieu en ce lieu.

Il habitera au milieu d’eux. Lorsque la nouvelle Jérusalem descend sur la terre des hommes, c’est comme si Dieu lui-même venait habiter au milieu des hommes.

1ère remarque. Dans une certaine mesure, tout chrétien est habité par l’esprit de Dieu (cf. Romains 8 :9). En effet, la foi qui l’anime est une manifestation de l’Esprit de Dieu qui habite ce chrétien.

C’est pourquoi l’apôtre Paul put écrire aux Corinthiens qui pourtant étaient loin d’être des chrétiens exemplaires : « Ne savez-vous pas que vous êtes la demeure de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (I Corinthiens 3 :16)

Mais comme l’apôtre le fait remarquer (I Corinthiens 13 :9-12), ce n’est qu’après avoir revêtu le corps glorieux de la résurrection que l’élu possède la plénitude de l’Esprit.

2ème remarque. Le lieu très saint du Temple de Jérusalem était considéré par les juifs comme le lieu de la présence divine. Dieu présent dans son sanctuaire habitait donc au milieu des enfants d’Israël. Soulignons que cette présence ne pouvait être que symbolique car Dieu n’habite pas une demeure faite de la main de l’homme. « Le ciel est son trône et la Terre est son marchepied. » (Isaïe 66 :1)

En fait le lieu très saint du sanctuaire fut une préfiguration de la vraie Demeure de Dieu qui est la personne du Christ et celle de ses élus, l’Epouse spirituelle de l’Agneau ou Jérusalem nouvelle.

89

 

4. Il essuiera toute larme de leurs yeux et la mort ne sera plus. Il n’y aura plus ni deuil, ni pleurs, ni douleur, car les choses anciennes ne sont plus.

Remarque. Ce verset contient la promesse que Dieu, pendant la durée du règne messianique, conduira l’humanité à ses fins dernières qui sont la vie éternelle en Jésus-Christ, dans l’amour de Dieu (cf. L’épître aux Ephésiens).

5. Celui qui siégeait sur le trône dit : « Je vais renouveler toutes choses. » Et il ajouta : « Ecris, car ces paroles sont certaines et véritables. »

Je vais renouveler toutes choses. Le renouvellement a commencé avec la résurrection de Jésus. Il a continué avec la première résurrection d’entre les morts en l’an 74. Il s’est poursuivi sans interruption pendant les siècles et s’achèvera avec la seconde résurrection d’entre les morts au Jour du Jugement dernier.

L’habitat de l’homme nouveau sera également renouvelé car nous verrons plus loin qu’il habitera sur une terre nouvelle et sous des cieux nouveaux.

6-7. Il me dit encore : « C’en est fait ! je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai gratuitement de l’eau de la source de vie. Au vainqueur je donnerai tout cela. Je serai son Dieu, et lui, il sera mon fils.

Au vainqueur je donnerai tout cela. Le vainqueur est celui qui restera fidèle à Jésus jusqu’à la mort (Apocalypse 2 :26). Jésus fera de lui une colonne de la Cité de Dieu, Jérusalem céleste (Apocalypse 3:12). Il siégera avec Christ sur son trône (Apocalypse 3 :21) et aura autorité sur les nations (Apocalypse 2 :26-27). Il jugera le monde et les Anges (I Corinthiens 6 :2-3).

Et lui sera mon fils. On peut considérer, ce qui est une image, que l’homme nouveau est engendré par l’Esprit de Dieu au moyen de la foi. Il naîtra comme fils de Dieu par la résurrection qui est une nouvelle naissance.

90

 

8. Mais les lâches, les incrédules, les infâmes, les assassins, les impudiques, les sorciers, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre. L’étang ardent c’est la seconde mort.

 

Splendeur de la nouvelle Jérusalem.

 

 

9. Alors l’un des sept Anges aux sept coupes remplies des sept derniers fléaux s’approcha et me dit : « Viens, que je te montre l’Epouse de l’Agneau. »

Les sept derniers fléaux. Tant que durèrent les persécutions, la Jérusalem nouvelle demeura Cité interdite aux païens (Apo. 11:2. Rappel)

Dieu manifesta son courroux en déversant sur le monde les coupes de sa colère. La dernière coupe fut pour Satan qui fut neutralisé et réduit à l’impuissance. Alors les persécutions cessèrent. La malédiction qui pesait sur le monde fut levée et la Cité sainte, Jérusalem nouvelle descendit de chez Dieu pour habiter au milieu des hommes. Au règne de Rome, Cité de Satan, succéda comme je l’ai dit, le règne de la Cité céleste de Dieu. Puis l’empire romain acheva de s’effondrer en l’an 476 après Jésus-Christ. (Résumé des chapitres 15 et 16 de l’Apocalypse de Jean).

10. Il me transporta donc en esprit sur une très haut montagne et il me montra la Cité sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel de chez Dieu, auréolée de la « Gloire de Dieu ».

Auréolée de la « Gloire de Dieu ». La « Gloire de YHWH » ; colonne de nuées lumineuses pendant la nuit était chez les Hébreux la manifestation visible de la présence de Dieu. (cf. Exode 24 :16-17)

En disant que la Cité sainte est auréolée de la « Gloire de Dieu », Jean veut dire que l’Esprit de Dieu est présent dans la nouvelle Jérusalem.

 

 

91

L’apparition de la Cité sainte aux yeux de l’apôtre est donc une théophanie, c'est-à-dire qu’elle équivaut à l’apparition de Dieu lui-même.

11. Elle avait la splendeur de la plus précieuse des pierres et possédait l’éclat du jaspe cristallin.

Remarque. La description de la Jérusalem nouvelle, Cité théophore, rappelle la vision de lumière que Jean avait donnée de Dieu en Apocalypse 4 :3.

12. Elle était ceinte d’une muraille très haute, percée de 12 portes gardées par 12 Anges. Sur les portes des noms étaient écrits, ceux des 12 tribus d’Israël. (cf. Ezéchiel 40 :5)

Percés de 12 portes gardées par 12 Anges. Douze est le nombre sacerdotal. Ne peuvent franchir le seuil des portes qu ceux qui pratiquent le vrai culte et marchent dans les voies de Dieu.

13. A l’orient trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, au couchant trois portes. (cf. Ezéchiel 48 :31-34)

Trois portes. Trois est le nombre qui marque l’abondance ou l’emphase. Il caractérise le salut au cours du règne messianique. Les trois portes sont distribuées aux quatre coins cardinaux. (universalité du salut)

14. La muraille de la Cité repose sur 12 pierres de fondation et sur les pierres sont écrits les 12 noms des apôtres.

12 pierres de fondation. Parlant de la construction de la Jérusalem céleste, l’apôtre Paul écrivit aux chrétiens d’Ephèse : « vous êtes les matériaux avec lesquels s’édifie la Demeure de Dieu. Cette Demeure a pour fondation les apôtres et les prophètes. Jésus lui-même en est la pierre angulaire sur laquelle tout l’édifice se construit et grandit en un Temple saint pour Dieu. » (Ephésiens 2 :19-22)

15. Celui qui me parlait avait une mesure faite d’un roseau d’or fin afin de mesurer la Cité, ses portes et sa muraille.

92

Afin de mesurer. Comme dans la vision d’Ezéchiel (cf. Ezéchiel 40 :3), un Ange prend les mesures de la Cité afin de montrer qu’elle possède les normes de sainteté imposées par Dieu.

16. La Cité dessinait un carré. Sa longueur égalait sa largeur. L’Ange mesura la ville avec son roseau. Il trouva 12 000 stades. Longueur, largeur et hauteur étaient égales.

12 000 stades. Douze, nombre sacerdotal indique que Jérusalem pratique le vrai culte. Le nombre 1000 qui est celui de la multitude souligne l’ampleur prise par la Cité sainte au moment de la chute de Rome.

Longueur, largeur, hauteur étaient égales. Le lieu très saint de la tente du désert, puis celui du Temple de Salomon, avaient la forme d’un cube (cf. I Rois 6 :20). Ils étaient le lieu de la présence divine où seul le grand-prêtre avait le droit de pénétrer une fois par an.

La nouvelle Jérusalem a également la forme d’un cube puisqu’elle est le lieu très saint de la présence divine. Contrairement au lieu très saint de la Jérusalem terrestre, ses portes sont ouvertes à tous les hommes de bonne volonté qui parviendront à trouver en Christ la voie qui mène à Dieu.

17. Il mesura la muraille et trouva 144 coudées, en mesures d’homme égales à celles des Anges.

144 coudées. 144 est le carré du nombre sacerdotal 12.

En mesures d’homme égales à celles des Anges. Dans la mesure de la Jérusalem future d’Ezéchiel, l’Ange utilisait une unité de longueur supérieure à l’unité terrestre. Les deux unités sont maintenant égales, ce qui signifie que l’homme nouveau, membre du corps du Christ, est égal à l’Ange.

Versets 18 à 23. Ces versets décrivent la splendeur de la Cité sainte.

 

93

 

24. Les nations marcheront à sa lumière et les rois de la Terre y apporteront leurs trésors. (cf. Isaïe 60 :3)

Les nations marcheront à sa lumière. Comme le sont les Anges de la Présence, Jérusalem nouvelle est théophore. Elle est le vecteur et le véhicule de l’Esprit de Dieu sur la Terre des hommes. Ce verset révèle ce qu’est la mission essentielle de la Cité céleste descendue de chez Dieu afin d’habiter au milieu des hommes. Cette mission fut d’apporter l’Esprit de Dieu dans le monde. Pour cette raison le règne messianique fut une ère de prospérité spirituelle inouïe pour les hommes qui se laissèrent guider par l’Esprit agissant en eux.

Nous verrons plus loin que le règne messianique est aujourd’hui terminé, bien que l’Esprit soit toujours à l’œuvre dans le monde. Nous vivons une époque transitoire comme le fut l’époque apostolique.

Les rois de la Terre y apporteront leurs trésors. La suite du récit montrera que les trésors des nations sont les élus du Christ.

25. Ses portes ne se fermeront point le jour et il n’y aura point de nuit. (cf. Isaïe 60 :11-12)

Ses portes ne se fermeront point afin de laisser entrer les trésors des rois, le faste et les richesses des nations.

Nous avons ici la confirmation que la rédemption des vivants et la première résurrection se poursuivent pendant toute la durée de l’ère chrétienne. La nouvelle Jérusalem, c'est-à-dire le Corps du Christ s’accroîtra jusqu’à la consommation des temps messianiques.

26. On y apportera le faste et la richesse des nations.

27. Rien de souillé n’y entrera, ni les menteurs ni les dépravés mais seulement ceux qui sont inscrits dans le Livre de vie de l’Agneau.

Ceux qui sont inscrits dans le Livre, c'est-à-dire les trésors des royaumes, le faste et les richesses des nations.

94

 

En fait les richesses des nations, ce sont les bonnes actions des saints. Par extension ce sont les saints eux-mêmes, car leurs œuvres les accompagnent (Apocalypse 14 :13).

Livre de vie de l’Agneau. Il ne s’agit pas du Livre de vie qui sera ouvert au Jour du Jugement dernier car ce livre ne contient que le nom des justes qui ne connurent pas Christ.

Le Livre de vie de l’Agneau contient le nom des élus du Christ, ceux qui n’attendront pas dans la mort le Jour du Jugement. Ils régneront éternellement dans le monde nouveau (Apocalypse 25:5).

Remarque. La proclamation de l’Etat d’Israël en 1948 et le retour du peuple juif dans sa patrie retrouvée sont, sur le plan temporel, l’image terrestre du rassemblement des élus du Christ dans le Royaume de Dieu.

 

Le salut des nations.
Apocalypse chapitre 22.

 

1. Et il me montra un fleuve de vie, limpide comme le cristal. Il jaillissait du trône de Dieu et coulait le long de la grand-rue. (cf. Zacharie 14 :8).

Fleuve de vie. Il vient de Dieu car il sort du trône. Il arrive aux nations par le canal de la Cité sainte. Autrement dit, le salut vient de Dieu et il est apporté aux hommes par la Cité sainte.

Ce verset définit à nouveau le rôle important et glorieux que Dieu a confié à la Jérusalem messianique, Epouse spirituelle de l’Agneau dans l’économie du salut universel.

95

 

2. Sur les bords du fleuve, croissaient des arbres de vie donnant douze récoltes de fruits, une récolte par mois, et dont les feuilles servaient à guérir les nations. (cf. Ezéchiel 47 :12 – Jérusalem céleste)

Arbres de vie. Les arbres de vie sont évidemment un symbole d’immortalité. Ils ont besoin pour produire leurs fruits d’être arrosés par le fleuve d’eau vive qui est la grâce de Dieu.

Guérir les nations. Accomplissement de la prophétie de Zacharie : « Réjouis-toi, sois dans l’allégresse fille de Sion (Jérusalem céleste), car voici, j’habiterai avec toi dit YHWH. En ce jour-là, beaucoup de  nations s’attacheront à YHWH et seront son peuple. » (Zacharie 2 :10-11)

3. Il n’y aura plus de malédiction, le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la Cité (cf. Zacharie 14 :11)

Il n’y aura plus de malédiction. Nous avons vu que les nations étaient demeurées sous la malédiction divine aussi longtemps qu’avaient duré les persécutions contre le peuple chrétien. (cf. Apocalypse 11 :2 et Apocalypse 21 :9. Rappel)

4. Les serviteurs de Dieu verront sa face et son nom sera inscrit sur leur front.

5. Il n’y aura plus de nuit. Ils n’auront besoin ni du soleil ni de la lampe pour s’éclairer car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière. Et ils régneront aux siècles des siècles.

 

 

*   *
*


96



Jean
Pierre





Septième partie.

 

 

 

LES DERNIERS JOURS DE L’ERE MESSIANIQUE


97

Expiration du délai accordé aux nations.

 

 

« Mille ans » se sont écoulés depuis la chute de Rome. Le peuple juif est revenu d’exil. Le 14 mai 1948, l’établissement d’un Eta juif est proclamé en Palestine. Par les efforts d’un peuple au travail, une terre déserte, ruinée, inculte et insalubre redevient le pays où « coulent le lait et le miel ».

Satan relâché de sa prison a repris sur la Terre son œuvre subversive de destruction. Les hommes désemparés s’interrogent, ne comprenant pas d’où vient la montée de la violence.

Un signe annonça aux nations que le sursis qui leur fut accordé approche de son terme : en 1967 la cité du roi David foulée aux pieds depuis 19 siècles, est libérée de la domination étrangère.

 

 

Apocalypse chapitre 20.

 

 

7. Lorsque les mille ans seront écoulés, Satan sera relâché de sa prison.

Lorsque les mille ans seront écoulés. On se rappelle qu’à la fin du troisième siècle, Rome perdit sa suprématie. Un siècle plus tard la capitale mondiale était proche de la déchéance et de l’invasion. Son organisation terrestre une fois détruite, le Prince de ce monde était réduit à l’impuissance. Il devait le rester pendant les mille ans symboliques du règne messianique, donc pendant une partie de l'ère chrétienne.

8. Il s’en ira séduire les nations des quatre coins de la Terre, Gog et Magog, et il les rassemblera pour la guerre, aussi nombreux que le sable de la mer.

Des quatre coins de la Terre. Satan trouvera donc dans le monde entier des complicités actives et passives.

Gog et Magog. Dans une prophétie d’Ezéchiel, Gog roi de Magog était un conquérant qui dans un avenir indéterminé attaquerait Israël

 

98

 

et subirait un châtiment exemplaire (cf. les chapitres 38 et 39 dans le livre d’Ezéchiel).

Dans la prophétie de Jean, l’utilisation de l’expression « Gog et Magog » laisse entendre qu’un châtiment terrible frappera la coalition des agresseurs et leurs complices.

 

 

9. Ils montèrent sur tout l’étendue du pays et investirent le camp des saints la Cité bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel et les dévora.

Sur toute l’étendue du pays. Le pays, dans la bouche d’un Juif, désigne la terre d’Israël, évidemment.

Le camp des saints, la Cité bien-aimée. Sous la plume de l’apôtre Jean, ces expressions ne peuvent désigner que Jérusalem. Il n’existe pour l’apôtre qu’une seule Cité bien-aimée sur la Terre.

On remarquera que Jean se garde bien d’utiliser l’expression « Cité sainte » qui ne peut être appliquée qu’à la Jérusalem nouvelle.

Un feu descendit du ciel et les dévora. Le prophète Elie (9ème siècle avant J-C), poursuivi par les sbires du roi Achab qui voulait le faire périr, fit descendre le feu du ciel sur le chef de la cinquantaine et sur sa troupe qui prétendaient l’arrêter.

« Si je suis un homme de Dieu – dit Elie – que le feu descende du ciel et te consume, toi et tes hommes. Aussitôt le feu descendit du ciel et le consuma, lui et les hommes. » (2 Rois 1 :10).

Par ce jugement, Dieu démontra qu’Elie était bien comme il le prétendait, un homme de Dieu.

Revenons maintenant au cas du peuple juif.

Ces rescapés de massacres millénaires, rassemblés d’entre de nombreux peuples, sont revenus dans le pays que Dieu avait donné pour toujours à leurs pères. (cf. Genèse 15 :18. Exode 32 :13). Pleine de mépris pour la Parole que Dieu a donnée à ce peuple, une coalition de nations, « Gog et Magog » envahit le pays de ces hommes qui se disent le peuple de Dieu.

Alors le feu descend du ciel, démontrant ainsi qu’Israël est bien le peuple de Dieu, comme il l’a toujours prétendu.

99

 

Par ce jugement, Dieu établit que le peuple juif écarté pendant la durée du temps des nations a été réintégré dans sa grâce, ainsi que nous l’avons fait remarqué plus haut (cf. Luc 21 :24. Rappel).

Or Israël fut écarté pour le salut des nations (cf. Romains 11:25)

Si donc Israël est réintégré, c’est que le temps des nations est révolu, conclusion en accord avec Luc 21 :24.

10. Et le diable qui les abusait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre où sont déjà la Bête et le faux prophète. Leur tourment durera jour et nuit aux siècles des siècles.

Etang de feu et de soufre. Symbole de destruction éternelle (cf. Luc 25 :41 et 25 :46. Rappel). Satan et ses Anges sont anéantis. Ils subissent le même sort que la Bête (l’empire romain) et que le faux prophète (l’appareil civil et militaire de sa puissance).

Leur tourment durera jour et nuit… La destruction des Anges rebelles est irréversible et exclut toute possibilité de résurrection.

11. Puis je vis un grand trône blanc et Celui qui siégeait. La Terre et le ciel s’enfuirent loin de sa face et nulle place ne fut trouvée pour eux.

La Terre et le ciel s’enfuirent loin de sa face. C’est la fin du monde d’à présent. La Terre et le ciel disparaissent de devant la face de Dieu. Soit que la planète est détruite, soit qu’elle devient stérile et inhabitable. En effet dans les versets qui suivent, Jean nous parlera du Jugement des morts ou Jugement dernier. Plus énigmatique que jamais, il ne dit pas ce qui arrive à la planète et à ses habitants. Il est vrai que le lecteur est supposé connaître les épîtres de l’apôtre Pierre et qu’il est dans ce cas en mesure de comprendre.

 

100
 
La fin du monde d’à-présent.
 
 
Seconde épître de Pierre, chapitre 3.
 

 

 

Cette épître fut adressée par l’apôtre Pierre, vers l’an 64, aux communautés judéo-chrétiennes de la Diaspora.

 

3. Sachez que dans les derniers jours, il viendra des moqueurs pleins de railleries, qui ne se laisseront guider que par leur propres désirs.

Dans les derniers jours. Rappelons que dans la bouche des premiers chrétiens, les expressions « derniers jours, temps de la fin, fin des temps » et autres expressions similaires désignaient leur propre époque qui fut celle de la clôture de l’ère judaïque.

Guidés par leurs propres désirs. Beaucoup de juifs obsédés par la présence romaine, totalement imperméables à l’enseignement des apôtres, étaient prêts à accepter comme Messie n’importe quel énergumène prêchant la guerre contre l’occupant.

4. Ils diront : qu’en est-il de la promesse de son avènement ? Depuis que nos pères sont morts, tout demeure comme aux origines.

Qu’en est-il de la promesse ? Jésus avait promis qu’il reviendrait avant l’extinction de la génération apostolique (Luc 21 :32. Rappel). Aussi les premiers chrétiens attendaient-ils impatiemment son retour.

Selon Pierre, certains exploitaient l’attente impatiente de la Parousie et jetaient le doute dans les esprits en invoquant un prétendu retard.

Tout demeure comme aux origines. C'est-à-dire comme aux jours de la création. Les versets suivants reflètent cette opinion.

101

5. Ils préfèrent oublier que des cieux furent autrefois créés par la Parole de Dieu, ainsi que les continents et les terres qui émergèrent des eaux.

Des cieux furent autrefois créés. Pour comprendre ce verset, il est indispensable de relire la Genèse chapitre 1, versets 6 à 10.

Avant le déluge, une énorme masse d’eau liquide gravitait autour du globe qu’elle entourait. Ces eaux supérieures étaient séparées des eaux inférieures (les mers, les océans) par l’atmosphère respirable que la Genèse appelle les cieux.

6. Condamné par cette parole, le monde d’alors périt, submergé par les eaux.

Condamné par cette parole. Cela signifie que le monde antédiluvien portait en lui, dès sa création, le germe de sa propre destruction.

En effet il était à prévoir que les eaux supérieures freinées par leur révolution par les frottements sur l’atmosphère finiraient par s’effondrer. C’est bien ce qui arriva. Ce fut le déluge, phénomène unique qui, une fois produit, ne pourrait plus jamais se reproduire.

7. C’est par la même parole que les cieux et la terre d’à présent sont mis en réserve pour le feu, en vue du jugement et de la destruction des impies.

C’est par la même parole… Dès sa création, le monde terrestre (cieux et terre) portait également le principe de sa destruction par le feu. Autrement dit le cataclysme qui détruira ce monde est un phénomène prévisible, du moins pour une science suffisamment avancée.

8. Mais il est une chose, très chers, que vous ne devez pas ignorer. C’est que devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et que mille ans sont comme un jour.

Mille ans. Valeur symbolique comme dans Apocalypse chapitre 20.

102

9. Le Seigneur n’est pas en retard dans l’accomplissement de sa promesse comme certains le disent, mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’un seul périsse, mais voulant au contraire que tous arrivent à la repentance.

Le Seigneur n’est pas en retard. Selon la tradition, Pierre écrivit son épître vers l’an 64 et mourut martyr vers l’an 68 au plus tard. Il ne pouvait donc pas être question de retard lorsque Pierre écrivit son épître.

Ne voulant pas qu’un seul périsse. Nous avons vu que la Bonne Nouvelle du salut devait être proclamée dans toutes les provinces de l’empire afin de servir de témoignage à toutes les nations, après quoi viendrait la fin (cf. Matthieu 24:14, 24:24 et Apocalypse 7 :3. Rappel).

Ce délai devait permettre, comme je l’ai déjà dit, le rassemblement de l’ « Israël de Dieu », c'est-à-dire des élus (Juifs et Gentils) qui seraient les prémices du Royaume.

10. Le Jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce Jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés entreront en fusion et la Terre avec les œuvres qu’elle renferme sera dénudée.

Le Jour du Seigneur. Les chrétiens adoptèrent également le mot grec Parousia qui signifie Présence. Le cataclysme annoncé par Pierre mettra fin au Jour du Seigneur sur la Terre.

En ce jour. Comprendre " A la fin de ce jour ". La terre sera dénudée. La roche apparaîtra à nu car la couverture végétale sera consumée.

11. Donc puisque tout doit se dissoudre, voyez à quel point vous devez être saints et pieux,

12. vigilants et attentifs à l’avènement du Jour du Seigneur, Jour au cours duquel (Comprendre " à la fin duquel ") les cieux embrasés se dissiperont et les éléments embrasés entreront en fusion.

103

 

Les cieux embrasés se dissiperont. Nous avons vu que, dans le contexte de cette épître, le mot « cieux » désignait l’atmosphère terrestre.

Par suite de l’accroissement colossal de l’agitation thermique, la planète perd son atmosphère qui se dissipe dans l’espace interplanétaire. La Terre devient un astre mort, stérilisé et impropre à la vie.

13. Nous attendons selon sa promesse de nouveaux cieux et une nouvelle Terre où la justice habitera. 

Et non une terre renouvelée comme l’attendent les écolos chrétiens.

De nouveaux cieux et une nouvelle Terre. La région de la Nouvelle-Angleterre, est située au Nord-Est des Etats-Unis. Ce n’est pas l’Angleterre renouvelée, améliorée, mais une autre région constituée de 6 états, dans un autre pays du Globe. Totalement différente on aurait pu l’appeler l’Autre Angleterre.

Ainsi, on peut lire : une autre Terre sous d’autres cieux qui sera habitée par les ressuscités. Quand Jésus en parle de ces planètes habitables, il dit : « il y a plusieurs demeures dans la Maison de mon Père. Je m’en vais vous y préparer une place » Jean 14 :2. Toutes choses seront nouvelles y compris l’habitation de l’homme nouveau.

 

Note : Cette préparation, la Bible en dit quelques mots dans Apocalypse 12 :7-12. Une guerre eut lieu entre l’Ascension de Jésus et son Retour pour libérer les lieux habités par les mauvais anges car il fallait bien loger les nouveaux arrivants !

Les mauvais anges en ont été chassés et précipités sur notre Terre, mais « animés d’une grande colère et sachant qu’ils avaient peu de temps ». Ce qui a suscités les horreurs que l’Empire romain fit subir aux premiers Chrétiens. Mais là encore, Satan a perdu et a été réduit à l’impuissance (« lié » dit Apocalypse 20 :1 à 2) pour permettre à la jeune Chrétienté de se développer sur ce qu’on appellera l’Occident chrétien.

     Aujourd’hui, depuis quelques années... il est relâché (Apocalypse 20 :3)  Ça se voit : les églises se vident après le Concile de Vatican 2 (1962 à décembre 65). Vides, certaines sont vendues aux Musulmans qui arrivent en nombre, pour en faire des mosquées. Les persécutions s’abattent sur le monde Chrétien en Afrique, au Moyen et Proche-Orient, où les filles sont violées, esclaves sexuelles, les hommes sont crucifiés... Et pas que par Daesh.

En France des églises sont profanées, des prêtres assassinés au cri de Allah Akbar, sans parler des attentats aveugles comme au Bataclan, Nice, Londres, etc, etc. Les assassins ne purgent plus toute leur peine, et peuvent poursuivre à l’air libre les deals, le commerce des femmes, la prostitution, les viols, les assassinats. Le sentiment d’insécurité augmente et fait le lit des extrêmes politiques. Les automobilistes sont rackettés aveuglement par des machines pour des dépassements de vitesse insignifiants. D’autres machines prennent le travail des ouvriers agricoles. Dans l’industrie des robots remplacent le travail des ouvriers qui par millions ne trouvent pas de travail...

Autrefois on avait des processions religieuses paisibles où l’on ne cassait pas les vitrines de magasins, ne brûlait pas votre voiture... On s’en est tellement moqué des Chrétiens qu’ils n’osent plus se montrer sauf pour le folklore comme à Locronan en Bretagne! Aujourd’hui ce sont les Gay Prides à grand renfort d’informations télévisées qui défilent... ou, protégés par la police, des manifestations de paisibles Musulmans qui réclament la mort des Juifs sur les Champs Elysées.  Voyez la vidéo ! Etc.

Il est interdit d’interdire prévaut depuis 1968.

 

De tout cela l’humanité aura à rendre des comptes. Voyez la suite. La délivrance est proche.

 

 

 

*   *
*

 

 

 

104
 
Le jugement des morts.
 
 
Apocalypse chapitre 20.

 

 

11. Puis je vis un grand trône blanc et Celui qui siégeait. La Terre et les cieux s’enfuirent loin de sa face et nulle place ne fut trouvée pour eux.

Le ciel et la terre s’enfuirent. C’est l’accomplissement de la prophétie de l’apôtre Pierre : « Les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés entreront en fusion… »

12. Et devant le trône je vis les morts, grands et petits. Des livres furent ouverts. Un autre livre fut ouvert : le Livre de la vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres qui étaient inscrites dans les livres.

Je vis les morts. Toute vie a disparu de la surface calcinée de la Terre.

Le Livre de vie. Ceux dont le nom est trouvé inscrit dans le Livre de vie accèdent à l’immortalité par la résurrection. Les autres resteront éternellement dans la mort (cf. verset 15).

13. La mer rendit les morts qu’elle gardait. La mort et la Tombe rendirent les morts qu’elles gardaient. Et chacun fut jugé selon ses œuvres.

La mer rendit les morts. Dans le langage apocalyptique, la mer désigne le monde agité et instable (cf. Isaïe 57 :20).

Ce monde a été consumé dans le cataclysme qui détruisit la Terre. Il rend les morts qui ont péri dans ce cataclysme, du moins, ceux dont le nom est demeuré inscrit dans le Livre de vie.

La mort et la Tombe rendirent les morts. Il s’agit cette fois de ceux qui moururent au cours de l’ère chrétienne, avant le cataclysme.

105

 

Et chacun fut jugé selon ses œuvres. Deux classes d’hommes ne seront pas concernées par le Jugement des morts :

-         les élus du christ. Ils eurent le privilège de passer directement de la vie terrestre à la vie céleste (rédemption des vivants).

-         Les persécuteurs, ceux qui refusèrent de porter secours à un disciple en détresse (cf. Matthieu 25 :46. Rappel) et tous ceux qui accumulèrent les iniquités et ne se repentirent point (cf. Psaume 69 :28-29). Leur nom fut effacé du Livre de vie. Ils resteront éternellement dans la mort.

Tous les autres morts ressusciteront et seront rémunérés selon leurs œuvres.

Les justes d’Israël seront rappelés à la vie en vertu des promesses faites jadis à leurs pères. Cette résurrection des justes d’Israël sera une bénédiction pour tous les peuples car par voie de conséquence, elle entraînera celle des gens des nations qui pratiquèrent la justice.

Les seuls perdants seront donc ceux qui s'acharnent à lutter contre la volonté de Dieu exprimée dans la Bible et le Coran en voulant détruire Israël. Ces gens et tous ceux qui au cours de leur vie se révélèrent impropres à entrer dans le Royaume (les méchants), ils resteront éternellement dans l’inconscience de la mort.

Ainsi pour la seconde fois dans l’histoire du monde, le peuple juif sera entre les mains de Dieu l’instrument du salut des hommes. Cette constatation arracha à l’apôtre Paul ce cri d’admiration : « Ô profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses décrets sont insondables et ses voies impénétrables ! » Romains 11,33. 

Le digest de cette longue étude en version papier en cadeau encore quelques temps s’intitule « La Permanence d’Israël ». A demander en passant par www.olympide.over-blog.com

 

14. Après quoi, la mort et la Tombe furent jetés dans l’étang de feu et de soufre. C’est la seconde mort, l’étang de feu.

15. Quiconque dont le nom ne fut pas trouvé dans le Livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.

La mort et la Tombe furent jetées. A son tour la mort est anéantie pour toujours. Le Seigneur a détruit son dernier ennemi : « Il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi détruit sera la mort. » (I Corinthiens 15 :25-26)

Apocalypse 21, verset 1.

 

Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle Terre, car le premier ciel et la première terre avaient disparus et la mer n’était plus.

Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle Terre. C’est l’habitat de la nouvelle humanité, c'est-à-dire le Royaume de Dieu enfin complet après la seconde résurrection d’entre les morts.

L’homme nouveau habite une autre terre sous d’autres cieux, (on peut dire « nouveaux ») dans un monde libéré de la servitude de la mort transformé par la gloire de Dieu  (cf. Romains 8 :18-23).

La mer n’était plus car l’humanité ancienne (appelée souvent « la mer » dans la Bible), turbulente et meurtrière a disparu.

 

106

 

Première remarque.

 

La division des textes bibliques en chapitres et versets fut tardive. Elle ne fut pas l’œuvre des écrivains bibliques. Le premier verset du chapitre 21 aurait dû être le dernier verset du chapitre 20 dont il est la conclusion.

 

Deuxième remarque.

 

 

Le processus des événements prophétisés par les apôtres Pierre et Jean est bien le même. Il est le suivant dans les deux récits qui se précisent et se complètent.

 

*  Destruction du monde d’à présent :

2 Pierre 3 :10 et Apocalypse 20 :11

 

*  En vue du Jugement et de la destruction des impies :

2 Pierre 3 :7 et Apocalypse 20 :11-15.

 

*  Pour le renouvellement de toutes choses :

2 Pierre 3 :13 et Apocalypse 21 :1

 

Troisième remarque.

 

Au regard de la Bible, le cataclysme qui détruira le monde est inéluctable. En revanche, rien dans les textes ne permet d’en déterminer la date. Toute spéculation sur les temps et les moments demeure donc inutile et sans intérêt. La seule attitude sensée face à l’événement prédit est donc celle que l’apôtre Pierre recommande aux versets 11 et 12 de son épître (2 Pierre 3 :11-12)

 

 

 

107
 
108
 
 
Postface




Un message pour les hommes de notre temps.
 

 

 

109

 

En toute logique.

 

 « Lorsque les mille ans seront écoulés, Satan sera relâché de sa prison. Il s’en ira séduire les nations des quatre coins de la Terre, Gog et Magog, et il les rassemblera pour guerroyer, aussi nombreux que le sable de la mer. Ils montèrent sur tout l’étendue du pays et investirent le camp des saints, la Cité bien-aimée. » (Apocalypse 20 :7-9. rappel)

En l’an 64 de notre ère, il y a plus de 19 siècles de cela, Israël se révoltait contre Rome à l’apogée de sa puissance. Alors une brèche s’ouvrit dans la marche du temps, et dans cette brèche s’inséra le temps des nations.

Aujourd’hui le temps des nations est consommé. La brèche comblée est derrière nous et le temps a retrouvé sa continuité.

Israël qui était mort est ressuscité. D’anciens empires sortis de leur torpeur millénaire ont retrouvé leur indépendance. La Syrie, le Liban, l’Egypte, l’Irak, la Perse, reforment autour d’Israël l’environnement des temps bibliques.

Alors des événements vieux de 19 siècles s’apprêtent à revivre. Comme en 70, l’envahisseur se répandra à nouveau sur l’étendue du pays, et Jérusalem sera investie par les armées. Cependant la situation sera fondamentalement différente de ce qu’elle était jadis.

C’est ce que je me propose de vous démontrer.

Parce qu’il refusa le Messie que lui avait promis ses prophètes, Israël perdit son héritage messianique et l’œuvre du salut universel fut confié aux païens convertis.

Or, le sang du Christ avait accompli la Loi de Moïse et le judaïsme devenu caduc ne pouvait coexister avec l’ordre nouveau que Dieu voulait instaurer. En ruinant l’influence juive, le désastre de 70 eut pour effet de libérer le christianisme naissant de la tutelle du judaïsme. Alors Dieu se lança à la conquête des nations païennes et ce fut le temps des nations. (Rappel)

 

110

 

On sait que le peuple juif ne fut pas rejeté, mais écarté à titre temporaire, ainsi que cela est si vigoureusement expliqué dans l’épître aux Romains. Nous savons par Jésus lui-même que la mise à l’écart de ce peuple persisterait aussi longtemps que durerait le temps de salut accordé aux nations :

« Jérusalem sera foulée aux pieds des nations jusqu’à ce que soit accompli le temps des nations. » (Luc 21 :24. Rappel)

En 1967, l’antique Cité du roi David fut libérée de la domination étrangère. Cet événement était le signe visible qui annonçait la fin du temps des nations et marquait un point de non-retour dans l’histoire du salut. Il indiquait que la moisson de l’ère chrétienne s’achevait alors qu’Israël était comme nous l’avons vu, réintégré dans la grâce de Dieu. Ce qui bouleverse toutes les données politiques actuelles.

La situation d’Israël est donc aujourd’hui fondamentalement différente de ce qu’elle était en l’an 70 lorsque les légions romaines s’apprêtaient à investir la « Cité bien-aimée » (Jérusalem).

Lorsque Jésus de Nazareth prophétisa le désastre de 70, il promit qu’après cela Jérusalem ne connaîtrait jamais plus pareille détresse (cf. Matthieu 24 :21. Rappel)

Or, d’après l’islam Shi’ite, un anti-Christ paraîtra à la fin des temps messianiques entre la Syrie et l’Irak et sera anéanti par Jésus. J’ignore le crédit qu’on peut accorder à cette croyance, mais si je m’en tiens aux faits, je dois reconnaître que l’esprit de cet anti-Christ est à l’œuvre aujourd’hui. A la promesse du Christ, il oppose sa volonté de mort et de destruction. Il a fait le pari de conquérir la Cité de David par le fer et le feu.

Le livre que vous lisez a commencé à être écrit en1973 : 32 ans avant l’élection du Président iranien Ahmadinejad qui se croit investi d’une mission sacrée : faciliter la domination de l’islam sur le monde.

Qu’ils soient chrétiens, musulmans ou juifs, les peuples de la Bible ne doivent pas se laisser troubler par une propagande qui, comme la Bible l’affirme (cf. Apocalypse 20 :8) est directement inspirée par Satan.

L’Ecriture dont ils se prévalent est formelle : la terre d’Israël est l’héritage inaliénable des enfants d’Israël.

111

 

Ils possèdent un droit imprescriptible sur les territoires situés entre le Nil et l’Euphrate qui leur fut donnés pour toujours (cf. Genèse 15 :18, Exode 32 :13, sourates 5 :24, 17 :106, 18 :26 et 50 :28).

Cette décision divine fut irrévocablement arrêtée quelles que pourraient être les disgrâces encourues par le peuple juif (Ezéchiel 39:28).

Les peuples qui se réclament de la Bible ne peuvent sans risque de forfaiture, contester la légitimité des droits d’Israël, car se faisant, ils contesteraient la souveraineté du Dieu qu’ils prétendent servir, quel que soit le nom qu’ils donnent à Dieu.

 

Le différent qui oppose Israël aux nations dépasse singulièrement en importance l’existence nationale du peuple juif. Il n’est que le reflet d’un conflit mettant en jeu des intérêts cosmiques.

En fait, c’est en vue d’une guerre contre Dieu que l’esprit du mal s’efforce aujourd’hui de mobiliser les peuples afin de les entraîner dans son entreprise suicidaire. Par exemple, le Japon n’a quasiment pas de juifs voit se développer l’antisémitisme !

Telle est, en toute logique, l’ultime avertissement contenu dans la révélation biblique.

*   *
*

 

 

112
 
Résumé chronologique
de l’ère chrétienne.

113

L’époque apostolique ou les derniers jours du judaïsme :
Durée de 40 ans environ de l’an 30 à l’an 70.
I.

  

 

L’époque apostolique fut une période de transition entre l’ère judaïque qui s’achève et l’ère messianique qui va commencer. On peut considérer qu’elle va de l’Ascension de Jésus (vers l’an 30) jusqu’à la chute de Jérusalem et la destruction du Temple en 70.

 

 

Année 33   (date présumée) Mort, résurrection et ascension de Jésus

54 à 68       Règne de l’Anti-Christ Néron

64        Massacre de la communauté chrétienne de Rome

68        Mort de l’Anti-Christ Néron, obligeant le général Vespasien à renoncer au siège de Jérusalem (cf. Matthieu 24 :6)

 

70        Siège de Jérusalem

 

 

L’époque apostolique fut une « année de grâce » avant le déchaînement de la colère de Dieu. La Bonne Nouvelle du salut est proclamée dans toutes les provinces de l’empire. Après quoi viendront les jugements qui doivent clôturer l’époque judaïque et introduire l’ère messianique.

114

 

 

 Les jugements des « derniers jours » :Durée 4 ans environ de l’an 70 à l’an 74.  

II

 

 

  

 

Avant la première résurrection d’entre les morts qui ouvrira l’ère messianique, Dieu exerce de terribles jugements contre Israël, contre les Anges rebelles et contre les nations païennes.

 

 

 

Année 70   Chute de Jérusalem, destruction du Temple. Grande détresse du peuple juif.

70 + ε  Satan et ses Anges sont chassés sur la Terre peu après les jours de détresse que connut le peuple juif.

Entre 70     Retour du Fils de l’homme investi de la toute-puissance.

et 74    Moisson de l’ère apostolique.

Année 74   Première résurrection d’entre les morts

            Avènement des temps messianiques

            Début de la rédemption des élus du Christ (45 jours après le début de la première résurrection selon Daniel 12 :12)

 

La résurrection du dernier jour et la moisson de l’époque apostolique fournissent le noyau initial de la Jérusalem nouvelle qui s’accroîtra au cours des siècles et sera la Cité royale du futur Royaume de Dieu.

 

115

 

Les coupes de la ColèreFin du 1er siècle – 2ème et 3ème siècles. 

III.

 

  

 

La terre reste dominée par Satan, le Prince de ce monde. Période de persécutions et d’insécurité pour les chrétiens. Les persécuteurs sont exterminés au feu de l’ardente colère de Dieu. Les nations païennes sont frappées de malédiction. Pour elles, Jérusalem nouvelle restera Cité interdite jusqu’à ce que Satan soit mis hors d’état de nuire et son organisation terrestre démantelée. Alors les persécutions cesseront.

 

 

 

81 à 96       Règne de Domitien et début des persécutions systématiques.

200    Culmination des persécutions à la fin du 2ème siècle.

300 + ε      Fin du 3ème siècle : Rome n’est plus la capitale de l’empire.

          Fin de la suprématie romaine.

313    Edit de Milan : donne la liberté de culte aux chrétiens, fin des persécutions et fin de la malédiction.

          Satan est neutralisé pour mille ans. (Pour les Millénaristes voir ce que signifie 1000 dans le GPS de la Bible, une concordance.)

 

 

 

 

 

 
116
Le règne « millénaire »du 4 ème au 20 ème siècle. 

IV.
 

 

 

 

Ère de prospérité spirituelle prodigieuse. Jérusalem nouvelle est à l’œuvre dans le monde. Elle est le vecteur et le véhicule de l’Esprit de Dieu qui l’anime. Elle ne cessera de s’accroître jusqu’à la fin du règne messianique.

Les nations qui entravent l’œuvre messianique sont fracassées comme des vases de terre.

 

 

 

 

300 env.    Avènement du règne millénaire du Fils de l’homme et de ses élus, la Jérusalem nouvelle.

4 ème et 5 ème siècles     Désagrégation de l’empire romain (le 4 ème animal des prophéties de Daniel et la Bête qui monte de la mer de l’Apocalypse de Jean)

   

476      Fin de l’empire romain d’Occident.

            Prolongation de vie accordée aux nations.

1967        Libération de Jérusalem. C’est le signe annonçant la fin du temps des nations et la réintégration d’Israël dans la grâce de Dieu.

 

 

 

117


  Le crépuscule de l’ère chrétienne.  (durée inconnue). 
V.    
 

 

 

 

 

Après la libération de Jérusalem en 1967, la marche des événements devient irréversible. La moisson de l’ère messianique s’achève.

Satan qui est parvenu à sortir de l’état d’impuissance où il avait été maintenu pendant la durée du règne messianique, entreprend d’entraîner les hommes dans son aventure suicidaire, en les dressant contre Dieu.

Les événements qui marqueront les derniers jours de l’histoire des hommes sont les suivants :

 

a)    Extermination des agresseurs d’Israël

b)    Anéantissement de Satan et de ses Anges

c)     Destruction du monde par un déluge de feu.

 

La durée des intervalles de temps qui séparent ces trois événements n’ont pas été révélés et rien dans les textes permet de les déterminer.

 

 

 Après la destruction du monde d’à présent…
VI.
 

 

 

        Après la destruction du monde d’à présent a lieu le Jugement dernier et la seconde résurrection d’entre les morts. L’humanité habitera alors une autre Terre sous d’autres cieux.

 

 Tout comme le nom d’une dactylo ne figure pas dans la conduite d’une transaction,

de même mon nom importe peu au bas de ce récit.

 

118

 

 

Index alphabétique

 

 

 

Abîmes 55, 84, 85

Abomination 14, 25

Ame 18

Anges de la destruction : voir Exterminateurs

Anges de la Présence : voir les 7 esprits de Dieu

Ange du Seigneur 59

Anges rebelles : voir Satan

Année de grâce 45

Anti-Christ et les chrétiens 23

Anti-Christ et l’islam 26, 111

Arbre de vie 96

Arche d’Alliance 69

Ascension 36

Autel des holocaustes 43, 57

Avènement des temps messianiques 50

Bénédiction et malédiction 64

Bête romaine 64, 79 à 80

 

Blason d’Israël 8

Bonne nouvelle 11, 22, 24, 27, 62

Camps des saints, cité bien aimée 99

Cantique nouveau 40

Cavaliers de l’Apocalypse 41, 42

144000 Cent quarante quatre mille 47

119

Cieux et terre d’à présent  102, 103

Cieux nouveaux et terre nouvelle 90, 104, 106

Cité sainte 88, 95

Cité interdite 91

Coupes de la colère 91

Daniel – Résurrection du dernier jour 10 à 15

Daniel – Bête romaine 79 à 83

Déchéance de l’homme 6

Déchéance de Rome et ruine de l’empire 43, 80

Déluge 102

Demeure de Dieu avec les hommes 89, 92

Démons 55, 85

Derniers jours 12, 13, 21, 24, 50, 101

Détresse du peuple juif 10, 20, 25, 26, 41, 111

Deux témoins (le symbole des) 63

Diaspora 22, 24

Douleurs de l’enfantement messianique 8, 22

Eaux amères 53

Ecclésiaste (citations) 7, 17

Election en Christ 11, 14, 18

Elie 66, 99

Epoque apostolique (résumé des évènements) 67

Epouse mystique de l’Agneau 87 à 96

Erreur sectaire contemporaine 54

Etang de feu et de soufre 91

Exterminateurs 38

Faux Christ, faux docteurs, faux prophètes 23, 24, 26

Femme de la Genèse 7, 8, 23

Feu du ciel 99

Feu éternel, mort éternelle, seconde mort, mort de l’âme : 33, 34, 53, 64, 66, 86, 91, 100, 106. (Voir aussi Etang de feu page 91)

Fils unique de Dieu (en parlant de Jésus) 8

Fils de Dieu (en parlant de l’homme) 90, 9

120

Fils de l’homme, Fils d’homme 9, 17, 81

Fin des temps

Fin du monde d’à présent 100, 101

Fin du temps des nations 98

Fruits de l’Esprit 52

Gloire de Dieu, gloire de YHWH 91

Gog et Magog 98

Guerre des Anges 28, 44, 78

Guerre des Juifs 22

Guerre ultime des nations contre Dieu 98, 112

Habité par l’Esprit de Dieu 89

Homme nouveau 89

Homme vêtu de lin 12, 13, 60

Immortalité par la résurrection 16

Investiture royale du fils de l’homme 39

Israël de Dieu 29, 31

Jérusalem 25

Jérusalem nouvelle 47, 48, 83, 88, 91

Joue de la colère, Jour de YHWH 45

    Sa promulgation 41 à 45

Jour du Seigneur ou Parousie 21, 103

Jugement d’Israël 52 à 57.

Jugement des nations 31 à 34, 57, 58

Jugement de Rome et de l’empire romain 79 à 84

Jugement dernier 86, 105 à 107

Lazare (parabole) 73

Livre de vie 10, 105

Livre de vie de l’Agneau 94, 95

Malédiction originelle 17

Malédiction des juifs 52

Malédiction des nations 45, 58, 62, 91, 96

Mer (symbole de l’humanité) 53, 105, 107

Mille ans (règne messianique) 84, 98

121

1260 jours : 13, 62, 82

     1290 jours : 14

     1335 jours : 14

Moisson de l’ère apostolique 29, 31

Moisson de l’ère chrétienne 111

Mort de l’âme : voir feu éternel

Mystère de Dieu 7, 13, 16, 59, 60, 61

Nouveaux cieux et nouvelle terre 90, 104, 106

Nouvelle Jérusalem 47 à 49, 63, 87 à 96

Oracle de Dieu 7

Opprobre, honte éternelle 11

Organisation terrestre de Satan 84, 98

Parabole de Lazare 73

Parabole des brebis et des boucs 32

Parousie, Jour du Seigneur 21, 103

Péché du monde 9

Persécution de Néron 20, 23, 64

Persécutions romaines 43, 49, 78

Petite corne (Rome) 79

Peuple de Dieu (en parlant des juifs) 99, 100

Peuple des saints du Très-Haut 81, 83, 85

Plaies d’Egypte 52

Postérité de la Femme 8

Prémices du royaume 27, 31

Présence de Dieu 93

Prolongation de vie accordée aux nations 80, 83

Quarante deux mois : 13, 62, 82

Rédemption des vivants 10, 12, 18, 50

Règne messianique 40, 43, 44, 81, 83 à 96

122

Réhabilitation de l’homme 8, 9

Réintégration d’Israël 100, 111

Renouvellement messianique 90, 104

Résurrection d’entre les morts (1ère) 11, 12, 17, 18, 49, 50, 67 à 69, 85, 86

Résurrection d’entre les morts (seconde) 77, 86

Retard à la Parousie 27, 46, 103

Retour du Christ 17, 20, 28 à 31, 43  Flyer

Retour prochain 17, 29, 30

Royaume de Dieu 21, 32, 81

Sang de Jésus (pouvoir rédempteur) 13, 14, 18, 52, 110

Satan, Diable, Dragon, Prince de ce monde, le Serpent, etc. 6, 28, 98

Seconde mort : voir feu éternel

Sept Esprits de Dieu (Anges de la Présence) 37, 39

Signes cosmiques du Jour de la colère 44

Signe de la fin de l’ère judaïque 13, 24, 72, 73

       du retour du Christ 29

       de l’avènement du règne messianique 83

       de la fin du temps des nations 76

       du Fils de l’homme 28, 29

Temps des accomplissements 9, 16

Temps de la fin (voir derniers jours)

Temps des nations 72, 73, 76, 77

Ténèbres spirituelles 28, 44, 54

Terre habitée 24, 46, 52

Trésors, faste et richesse des nations 94, 95

Trompettes du Jugement 50, 67

Un temps, des temps… 1260 jours 42 mois 13, 62, 82

Universalité du salut 28, 29, 81

Vingt-quatre Vieillards 37.

123

Table des matières

Préface                                                  1

1. Déchéance et réhabilitation de l’homme 5

Origine et déchéance de l’homme 6

La postérité de la Femme              8

La résurrection du dernier jour       10

Le dessein secret de Dieu             16

L’immortalité par la résurrection    16

2. Le retour du Fils de l’homme            19

Les derniers jours du judaïsme      21

Le retour du Fils de l’homme         28

Le jugement des nations païennes    31

3. Investiture royale du Fils de l’homme   35

Vision inaugurale de la majesté de Dieu    36

Dieu remet à l’Agneau les destinées du monde  39

Promulgation d’un Jour de colère  41

Des rescapés pour Israël               46

La nouvelle Jérusalem                   47

4. Les Jugements des derniers jours    51